Default profile photo

27 Février 2020 | 2, Adar 5780 | Mise à jour le 26/02/2020 à 17h39

Rubrique Sport

Eliran Atar : « Atteindre dix buts d’ici la fin de la saison »

A bientôt 27 ans, l’attaquant international israélien vit en France sa première expérience à l’étranger. Après avoir brillé au Bnei Yehouda puis au Maccabi Tel-Aviv, le joueur a rejoint l’été dernier la Ligue 1 au sein de laquelle évoluaient déjà ses compatriotes Eden Ben Basat (Toulouse) et Maor Melikson (Valenciennes). Auteur d’une première partie de saison discrète (2 buts), le numéro 9 du Stade de Reims n’a pas dit son dernier mot. Actualité Juive l’a rencontré mercredi dernier au centre d’entraînement du club champenois. Entretien exclusif.

Actualité Juive : Dans quel état d’esprit êtes-vous après vos six premiers mois passés à Reims ?
Eliran Atar : Je me sens très bien avec les joueurs, les supporters et le staff de l’équipe. J’ai beaucoup de respect pour les dirigeants (Jean-Pierre Caillot et Didier Perrin) et l’entraîneur (Hubert Fournier). Reims est une petite ville, tranquille et agréable. L’ambiance au stade Auguste Delaune est à chaque fois incroyable. Ce club (actuel 7e au classement) est un lieu idéal pour s’épanouir dans le football.
 
A.J. : Cela vous change quand même de Tel-Aviv…
E. A. : Cela n’a rien à voir. Ici à Reims, le climat n’est pas le même et les gens n’ont pas la même mentalité qu’en Israël. J’essaie de m’intégrer le plus rapidement possible. J’apprends le français à raison de deux heures par semaine.  Je me rends à la synagogue chaque vendredi soir quand je le peux, et  je ne suis pas loin de Paris. Une fois par mois environ, j’y vais me ravitailler en viande casher !
A. J. : La saison dernière, vous finissiez meilleur buteur du Championnat d’Israël avec 22 buts marqués en faveur du Maccabi Tel-Aviv. Depuis le début de l’exercice 2013-2014, vous n’avez inscrit que deux  réalisations en Ligue 1. Etes-vous déçu par vos performances ? 
 
E. A. : Je savais que le niveau allait être différent. La Ligue 1 est un Championnat beaucoup plus physique et agressif qu’en Israël. Par ailleurs, je n’ai pas été épargné par les blessures depuis le mois d’août. Ce qui a quelque peu freiné ma progression. Maintenant, j’espère réaliser une meilleure seconde partie de saison en prenant un maximum de plaisir avec le souhait affiché d’atteindre un total de dix buts. Ce serait une bonne chose pour ma première année en France.
A. J. : Qui voyez-vous remporter le titre hexagonal ?
 
E. A. : Le PSG, sans aucune hésitation. L’équipe est à plusieurs niveaux au-dessus des autres. 
A.J. : Vous comptez trois sélections avec Israël. Est-ce votre objectif d’en faire partie de nouveau ?
 
E. A. : Bien sûr. Mais pour porter le maillot national, je dois briller en club. C’est une condition sine qua non. Je ferai tout pour y parvenir.
Powered by Edreams Factory