Default profile photo

17 Décembre 2017 | 29, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique France/Politique

François Hollande au dîner du Crif: « Certains sont allés loin, trop loin ! »

Le rendez-vous traditionnel du Crif a permis de mettre en lumière, une nouvelle fois, points d’accords et divergences entre les positions du Crif et les opinions du gouvernement français.

« Le gouvernement de la République française ne tolérera rien » a affirmé François Hollande mardi 4 mars lors du traditionnel dîner du Crif.Il est des prises de positions où François Hollande a rejoint totalement les attentes du Crif, formulées par Roger Cukierman lors de son discours inaugural au pavillon d’Armenonville.« Certains sont allés loin, trop loin. La liberté de création, d’expression, de manifestation, sont des valeurs fondamentales de la République. Mais elles ne peuvent offrir aux racistes et aux antisémites un permis de propager leurs thèses (…). La liberté de moquer n’est pas la liberté d’haïr » a affirme le Président de la République, faisant écho à l’enthousiasme qu’ont suscité les discours antisémites et complotistes de Dieudonné et d’Alain Soral, créant un véritable traumatisme dans la communauté juive.

On a d’ailleurs pu en ressentir les traces dans le discours plutôt pessimiste de Roger Cukierman. « La bête immonde est, hélas, bien présente aujourd’hui en France » a-t-il lancé. « Je pense avec tristesse, avec inquiétude, avec angoisse, aux ignobles slogans lancés par quelques milliers d’individus parmi les manifestants du dimanche 26 janvier à Paris. Ils hurlaient : Juif, dehors la France n’est pas à toi ! ». Devant les 800 invités présents, dont une bonne partie du gouvernement, de la classe politique (Sarkozy invité a décliné, mais Copé et Fillon étaient présents) dont un sénateur Vert (Placé) et un communiste, mais aussi des représentants syndicaux et religieux, il a dénoncé aussi bien l’extrême gauche, chantre de l’antisionisme que le Front National « et sa cohorte d’antisémites, de vichystes, de négationnistes réfugiés derrière sa dirigeante, attentive à ne pas commettre d’impair ».


Grand rassemblement le 19 mars 

A propos de l’antisémitisme, le président du Crif inquiet a demandé à François Hollande d’en faire « une cause nationale » avant d’appeler à un grand rassemblement le 19 mars prochain, deux après le massacre de Toulouse.Si François Hollande n’a pas répondu positivement à cette demande, il n’a pas non plus évoqué les deux autres grandes revendications du Crif à savoir : la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, et l’intégration du pays juif comme membre à part entière de l’organisation de la Francophonie.François Hollande a néanmoins envoyé un message à destination des dirigeants palestiniens qui refusent de reconnaître le caractère juif d’Israël : «si on ne veut pas reconnaître l’autre partie, il ne peut y avoir de paix ».
Powered by Edreams Factory