Default profile photo

23 Février 2020 | 28, Shevat 5780 | Mise à jour le 19/02/2020 à 18h14

Rubrique Israël

Grève des Affaires étrangères : Le Vatican et B. Netanyahou sur les nerfs

De nombreux pèlerins ont déjà réservé leur voyage en prévision du séjour du pape en Israël.

La grève des diplomates israéliens aura-t-elle raison de la venue du pape François en “Terre sainte”, prévue du 24 au 26 mai ? L’agence de presse vaticaniste affirme qu’« il n'y a aucun problème et aucune inquiétude ». La presse israélienne, malgré elle, brouille le signal.

Suite à la publication du quotidien The Times of Israël, affirmant que le pape a été forcé d'annuler sa visite en Israël, « en raison d'un conflit de travail persistant au ministère des Affaires étrangères », les diplomates du Vatican ne savent plus sur quel pied danser. Yigal Palmor, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères ouvre une brèche dans la polémique naissante : « Les dirigeants pourront venir en touristes mais les diplomates ne s'occuperont plus ni de la logistique, ni du protocole, ni du contenu politique et diplomatique des visites », a-t-il confié à l’AFP.

Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a répondu: « Une grève en cours constitue un problème et est susceptible d'entraîner des complications dans les préparatifs du voyage ». Des précisions ont été apportées depuis, « il n’y a rien de plus, c’est leur problème ! »  a affirmé le légat.

Le nonce apostolique en Israël, Mgr Giuseppe Lazzarotto qui souhaite « que les préparatifs se poursuivent », a néanmoins déclaré que « la grève des diplomates israéliens compliquerait les choses ».

Le pape François avait lui-même profité du « climat de joie de la période de Noël » pour annoncer qu’il « accomplirait un pèlerinage en Terre sainte. Alors que de nombreux pèlerins ont déjà réservé leur voyage en prévision du séjour du pape en Israël et dans les territoires palestiniens, l’annulation causerait « un préjudice économique important, mesurable par la totalité des recettes des touristes qui voulaient accompagner la visite papale » explique un employé du ministère israélien des Affaires étrangères. Pour mieux comprendre l’origine du malentendu sur une venue qui finira sûrement par avoir lieu, il faut regarder du côté des diplomates israéliens. Mandaté par le gouvernement à fournir à la presse des informations relatives à la diplomatie entre Israël et le reste du monde, il ne serait pas impossible que ces derniers aient profité de leur crédit auprès des journalistes pour propager officiellement de fausses informations. Les diplomates israéliens auraient saisi l’occasion de la venue d’un personnage aussi éminent pour mettre leurs revendications sous la lumière médiatique.

De sacrées revendications


   La grève qu’ils ont entamée il y a une dizaine de jours a pour but l’ajustement de leurs salaires au niveau de ceux des employés du ministère des Finances et de la Défense, 30 et 50% supérieurs aux leurs.

Conscient de la manœuvre, le bureau du Premier ministre suspend temporairement la coopération des diplomates avec le ministère des Finances, mais aussi le Shin Beth et les services de renseignements du Mossad et Tsahal.
Powered by Edreams Factory