Default profile photo

23 Février 2020 | 28, Shevat 5780 | Mise à jour le 19/02/2020 à 18h14

Rubrique Israël

Santé : Un semainier dans son smartphone

Une application pour ne plus se tromper en se soignant

Oublier de prendre ses médicaments ou au contraire les prendre deux fois au lieu d’une, c’est embêtant. Parfois même, l’étourderie peut s’avérer mortelle. Medisafe est une application gratuite sur mobile qui accompagne la prise quotidienne de médicaments.

Les données sont stockées sur le « Cloud ». Ce petit nuage virtuel mutualise les informations entre l’ordinateur et le mobile. Il supervise la consommation médicamenteuse du patient en temps réel. On doit cette invention plutôt judicieuse à deux frères. Natifs de Haïfa, ils ont fait l’expérience d’un mauvais dosage au sein de leur propre famille. Omri Shor est le co-fondateur et PDG de Medisafe. Avec son frère Rotem, ils ont lancé le projet en 2012 après un incident au cours duquel leur père a fait une overdose à l’insuline. Omri raconte cette journée qui aurait pu être dramatique, « Mon père a un diabète de type 1 (insulino-dépendant). Lors d’une soirée en décembre 2011, il n’arrivait pas à se rappeler s’il avait pris sa dose d’insuline quotidienne. Aucun membre de la famille n’était en mesure de lui donner une information exacte. La double dose qu’il s’est injecté ce soir-là aurait pu lui être fatale sans une intervention rapide de notre part ».


Développée au sein de l'incubateur de Microsoft 

Officiellement lancée moins d’un an après leur mésaventure, l’application connaît depuis un succès probant. Son siège, installé à Haïfa, compte 10 employés. L’entreprise a éclos au sein de l’incubateur de Microsoft dédié aux start ups « en phase de démarrage et utilisant des appareils mobiles basés sur le cloud ». La start-up a d’ailleurs ouvert des bureaux récemment à San Diego en Californie. En septembre 2013, ces deux frères, fervents « entrepreneurs en Jeans » ont levé un million de dollars d’investissements.

Malgré l’interface simpliste du logiciel, son usage reste néanmoins difficilement accessible au troisième âge. Et pour cause, cette partie de la population habituée à une posologie quotidienne est souvent réfractaire à se servir d’un smartphone.       
Powered by Edreams Factory