Default profile photo

23 Février 2020 | 28, Shevat 5780 | Mise à jour le 19/02/2020 à 18h14

Rubrique Israël

Coalition : Une alternative à Binyamin Netanyahou ?

Crédit : Hadas Parush/Flash 90.

En organisant le boycott des débats sur les trois grands projets de loi de la coalition, le leader travailliste Itzhak Herzog s'est rapproché des ultra-orthodoxes avec lesquels il espère s'allier lors de la prochaine législature.

Itzhak Herzog, le nouveau leader du Parti travailliste, passait généralement pour un homme bien élevé et un peu terne, mais au cours de la semaine du 10 mars, il a fait son entrée dans la cour des grands : il a réussi à éloigner les Harédim du Likoud et à se poser en alternative possible à Binyamin Netanyahou. 

La coalition avait décidé de consacrer la semaine du 10 mars à l'adoption de trois projets de loi patronnés par les trois principaux partenaires du Likoud au sein de la coalition : la loi sur le service militaire des ultra-orthodoxes, parrainée par Yesh Atid, la loi sur la "gouvernabilité" promue par Israël Beteinou et la loi instituant un référendum pour toute cession de territoire israélien, souhaitée par le Bayit Hayehoudi.

Pour protester contre la procédure accélérée à laquelle le gouvernement a eu recours pour faire adopter ces lois, les principales composantes de l'opposition ont décidé de boycotter les débats sur ces trois textes. Les Harédim étaient vivement opposés à la loi sur le service militaire et les Arabes voyaient d'un très mauvais œil la loi relevant le seuil de la représentation à 3,25%. 


Les orthodoxes se rapprochent des travaillistes 

Quant aux travaillistes, opposés à la loi sur le référendum et réticents à l'élévation du seuil de la représentation, ils auraient dû se prononcer en faveur de la loi sur le service militaire qui correspond à leur idéologie. Mais le boycott des débats sur ces trois textes a permis à la formation d'Itzhak Herzog de ne pas voter la loi sur la conscription obligatoire et de se concilier ainsi les bonnes grâces des Harédim.

Et depuis, les ultra-orthodoxes, fidèles depuis de longues années au Likoud et à Binyamin Netanyahou, ne cessent de se vanter de leur rapprochement avec les travaillistes. « Si je considère Itzhak Herzog comme une alternative à Netanyahou ? Absolument, je le déclare sans hésiter », a par exemple affirmé Arieh Deri. Cette alliance entre des camps à l'idéologie bien différente résistera-t-elle jusqu'aux prochaines élections ? Il est trop tôt pour le dire. Mais en attendant les ultra-orthodoxes savourent leur vengeance verbale. 
Powered by Edreams Factory