Default profile photo

20 Septembre 2021 | 14, Tishri 5782 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Rubrique Judaïsme

Pourquoi se déguise-t-on à Pourim?

Le déguisement, expression de l'aspiration profonde de l'enfant

Chaque fête a ses questions. Durant les jours qui précèdent Pourim, les uns et les autres s’interrogent : « En quoi pourrais-je bien me déguiser ? ». Il ne s’agit pas simplement d’un choix à réaliser en termes d’originalité et d’esthétique mais d’un véritable projet pédagogique.

Les usages (minhaguim) enregistrés par la halakha ont des significations précises, des objectifs éducatifs définis, un sens à déceler et qui donne à penser. C’est aussi le cas pour la coutume qui consiste à se déguiser le jour de Pourim. On comprend alors que le 14 adar ne se résume pas en un carnaval ni en un défilé de costumes colorés et atypiques. C’est pourquoi certaines règles et un état d’esprit sain et intelligent encadrent le déguisement.   
Ainsi, par exemple, on ne se déguise pas en une personne de sexe opposé (cf. Michna Beroura 30 sur Choul’han Aroukh, Or Ha’Haïm 696). Cette modalité prend un sens particulier dans une société qui légitime l’indifférenciation sexuelle et qui de fait, déstabilise les structures de la société. Bien sûr, les lois relatives à la pudeur sont à observer. Les corps qui ne se dévoilent pas et qui conservent leur intimité assurent le maintien de leur dignité, de cette dignité à laquelle Assuérus a porté atteinte en ordonnant à la reine Vachti de se présenter dénudée à la cour.   


Expression de l'aspiration profonde de l'enfant

Du reste, il y a une réflexion de fond à mener sur le déguisement, sur ce qu’il traduit, sur ce que l’on veut faire passer comme message par son biais. C’est en menant cette réflexion que l’on pourra déterminer la légitimité de tel ou tel costume. Ainsi, Moré Eliyahou Lellouch, expert chevronné en pédagogie scolaire, explique que d’une certaine manière, le déguisement exprime l’aspiration profonde de l’enfant qui cherche à devenir autre que ce qu’il est afin de progresser et s’élever. Dés lors, les déguisements des personnages possédant des pouvoirs surnaturels et évoluant dans un monde irréel, pour ne prendre que ces cas, posent la question de l’impact de leur signification.  


L’enfant cherche à s’identifier au costume qu’il porte       

Nous connaissons bien les mécanismes psychologiques qui se mettent en place quand on enfile par exemple un uniforme et les dangers potentiels que cela suppose. Va-t-on chercher à entretenir la confusion dans des esprits déjà perturbés par des heures et des heures passées devant les jeux vidéos où les protagonistes vivent, meurent et revivent et meurent de nouveau pour revivre ? L’inaccessible n’est-il pas synonyme de déception, de désillusion, et donc de découragement ? A contrario, la princesse - classique des classiques – renvoie à la noblesse, au raffinement. Zorro évoque les efforts d’un homme qui tente de rétablir la justice dans sa ville par ses propres moyens. Il est bien évident que l’enfant (comme l’adulte) cherche à s’identifier au costume qu’il porte. De fait, le déguisement de Pourim s’inscrit dans un cadre bien plus général que celui de Pourim : le cadre de l’éducation (et celle-ci ne concerne pas seulement les enfants).   


Proposer un cheminement de vie 

Pourim est en quelque sorte l’occasion de traduire extérieurement ce à quoi l’on tient et quelles sont les valeurs que l’on souhaiterait incarner. Alors, oui, bien sûr, les costumes de ‘hassid, de kohen gadol, de justicier, de pompier, de policier, de médecin, nous disent, nous révèlent des choses éminemment positives, comme d’autres costumes qui vont dans le même sens, à l’opposé d’autres accoutrements qui peuvent révéler des dysfonctionnements moraux, des malaises. Ils déploient en quelque sorte la personnalité qui pour le coup peut se dissimuler la plupart du temps à cause des conventions ou de la timidité ou du manque de confiance en soi par exemple. Proposer un costume véhiculant de hautes valeurs morales revient à proposer un cheminement de vie. On l’aura compris : les déguisements de Pourim s’inscrivent dans une perspective bien plus globale que la célébration d’un jour : c’est le projet porté par une existence entière. 
Powered by Edreams Factory