Default profile photo

23 Février 2020 | 28, Shevat 5780 | Mise à jour le 19/02/2020 à 18h14

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Pourquoi l'Egypte a interdit le Hamas sur son sol

Le maréchal Abdel Fattah al-Sissi et le chef du Hamas Khaled Mechaal.

Les autorités égyptiennes ont interdit toutes les activités du Hamas accusé d’être un allié des Frères musulmans et de prêter main-forte aux organisations terroristes qui sèment la terreur dans le désert du Sinaï.

Les militaires au pouvoir, en Egypte, sont décidément très remontés contre le Hamas et c’est peu dire que le maréchal Abdel Fattah al-Sissi a de la suite dans les idées. Après avoir gelé toutes les relations avec le mouvement islamiste palestinien, puis inondé les tunnels de contrebande avec la bande de Gaza et réinstauré un contrôle strict (très proche de l’embargo) du point de passage de Rafah, l’homme fort du régime égyptien a décidé d’interdire purement et simplement le mouvement de Khaled Mechaal en territoire égyptien. Ce dernier aurait été bien inspiré de ne pas critiquer aussi bruyamment la destitution de l’ancien président Mohamed Morsi. Il faut dire qu'historiquement le Hamas est la branche palestinienne des Frères musulmans mais le contentieux avec le pouvoir au Caire est plus profond.

Des membres du Hamas figurent, en effet, parmi les accusés du procès géant intenté par la justice égyptienne à Morsi et ses lieutenants. L’ancien numéro un égyptien est poursuivi pour « complot », « trahison » et « espionnage » en relation avec des mouvements islamistes étrangers, dont le Hamas. Lui et ses proches encourent la peine de mort.

Il est loin le temps des années 2012-2013 quand les leaders du Hamas faisaient figures de principaux alliés du pouvoir islamiste au Caire. Ainsi, plusieurs d’entre eux devront également répondre de leur participation à l’évasion de prison de Morsi durant le printemps du Caire en 2011 alors qu’Hosni Moubarak était encore au pouvoir. Les Frères musulmans sont accusés d’avoir fait appel au mouvement palestinien pour attaquer des centres pénitentiaires et des commissariats de police dans tout le pays cette année-là.

Et ce n’est pas la situation sur le terrain qui va arranger l’image désastreuse du Hamas en Egypte car il ne se passe pas un jour sans que des attentats ou des attaques contre des soldats n’aient lieu dans le désert du Sinaï. Ces affrontements sont, le plus souvent, le fait de Bédouins acquis à la cause islamiste mais les enquêteurs égyptiens estiment qu’ils ne pourraient avoir cette force de frappe sans la logistique et l’arrière base offerte par Gaza.

L’image désastreuse du Hamas en Egypte


Evidemment, le Hamas a répondu en sortant la bonne vieille rhétorique habituelle du complot sioniste.

L’interdiction du Hamas en Egypte « vise à étrangler la résistance et sert l’occupation israélienne », a affirmé Bassem Naïm, conseiller pour les Affaires étrangères du chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh. Le plus important à ses yeux étant que ces mesures ne se traduisent pas par « des restrictions à la circulation des personnes » entre l’Egypte et la bande côtière. Il faut savoir, en effet, que le pouvoir égyptien actuel a pris des mesures renforçant le contrôle des frontières que M. Moubarak n’avait jamais osé prendre auparavant.
Powered by Edreams Factory