Default profile photo

15 Décembre 2017 | 27, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique Israël

Un Pollard à la sauce israélo-américaine

Le sort de Jonathan Pollard passionne aussi bien en Israël que dans la communauté juive américaine (DR)

Alors que les négociations israélo-palestiniennes patinent, Actuj.com revient sur la figure du prisonnier israélien dont le sort est un sujet de friction régulier entre Jérusalem et Washington depuis près de 30 ans.

En Israël comme dans la communauté juive américaine, l'évocation de Jonathan Pollard suscite une combinaison de sentiments mêlés. La fierté envers le patriotisme d'un héros cohabite avec l'indignation face à l'intransigeance américaine et la peur de le voir croupir derrière les barreaux jusqu'à son dernier souffle. Depuis ce 21 novembre 1985 où il fut arrêté avec sa première épouse devant l'ambassade israélienne à Washington, le « cas Pollard » occupe une place particulière dans les relations entre Israéliens et Américains.

Officier de garde à la division "Analyse des menaces" pour la Navy, Jonathan Pollard est parvenu en moins de deux ans à subtiliser de nombreux dossiers confidentiels. Pour sa défense, l'agent américain, qui obtiendra la nationalité israélienne en 1995, expliquera n'avoir fourni que des éléments nécessaires à la défense d'Israël face aux menaces arabe et russe.


Seulement devancé par Edward Snowden

Les Américains justifient à l'inverse leur sévérité par le dommage exceptionnel causé à la Sécurité nationale : des documents relatifs aux moyens de surveillance des programmes de l'Union soviétique auraient atterri à… Moscou, en pleine guerre froide. Un ancien directeur des renseignements navals est allé jusqu’à affirmer récemment que seules les divulgations d'Edward Snowden, un employé de la CIA à l'origine de la publication d'informations top-secrètes de la NSA en 2013, dépassaient en gravité les actions de Pollard.   
A la fin des années 1990, le président Bill Clinton faillit procéder à sa libération, dans le cadre des négociations de Wye River ; le chef de la CIA, George Tenet, l'en dissuada en mettant dans la balance sa démission.
Powered by Edreams Factory