Default profile photo

23 Octobre 2017 | 3, Heshvan 5778 | Mise à jour le 18/10/2017 à 16h53

Rubrique France/Politique

Arno Klarsfeld : « Mes propos étaient d’une grande modération et d’une grande évidence »

Le 9 janvier dernier, le fils aîné de Serge et Béate Klarsfeld déclarait sur l’antenne d’I Télé : « Non, la France n’est pas antisémite, il y a le noyau dur de l’extrême droite qui l’est vigoureusement, une partie de l’ultra gauche et les islamistes et une partie des jeunes de banlieue ». Pour avoir tenu ces propos en pleine affaire Dieudonné, l’avocat franco-israélien de 48 ans, membre du Conseil d’Etat, est convoqué le 21 mai au Tribunal de Grande Instance de Nanterre. Entretien.

Actualité Juive : Dans quel état d’esprit êtes-vous à quelques jours de votre convocation au TGI de Nanterre ?

Arno Klarsfeld:
Je suis avant tout très attristé que le représentant du ministère public ait jugé nécessaire d’ouvrir un réquisitoire introductif alors que les propos que j’ai tenus sont à la fois d’une grande modération et d’une grande évidence. Je suis d’autant plus attristé que mon père (Serge) et moi-même défendons la France sur les questions d’antisémitisme.

A. J. : Revenons sur le contexte de vos propos tenus sur I Télé le 9 janvier dernier.

A.K. :
Le contexte, vous le connaissez. Ce jour-là, le Conseil d’Etat décidait d’interdire le spectacle de Dieudonné. La plainte date du lendemain.

A.J. : Comment voyez-vous la suite des choses ?

A.K. : Sur la convocation, le juge d’instruction envisage une mise en examen. On verra… Je ne regrette pas d’avoir tenu ces propos qui sont à mes yeux une évidence. L’auteur des tueries de Toulouse était issu des banlieues, non ? L’affaire Ilan Halimi ne s’est pas non plus passée sur la planète Mars. Je rappelle que dans mes propos je n’ai pas englobé tous les jeunes des banlieues. J’ai dit qu’une partie était antisémite. C’est la vérité. Je ne vois pas comment cela peut déboucher sur une condamnation.
Powered by Edreams Factory