Default profile photo

11 Décembre 2017 | 23, Kislev 5778 | Mise à jour le 11/12/2017 à 18h56

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Monde juif

Antisémitisme : Quand les journaux US s’inquiètent pour les Juifs de France

Deux grands quotidiens américains, le New York Times et le Washington Post s’inquiètent de la situation des juifs français. La France s’inquiète, elle, de son image à l’étranger.

Le Washington Post, et le New York Times viennent coup sur coup de publier pour le premier un article sur le départ des Juifs de France, et pour le second une charge plus violente, sur la montée d’un nouvel antisémitisme en France.

 Le lectorat cumulé de ses deux grands quotidiens américains comprenant sans doute tout ce que les Etats-Unis comptent de politiques, de patrons, d’intellectuels, c’est l’image même de la France qui pourrait être dégradée outre-Atlantique.

 Au vu de l’audience de ces quotidiens au niveau mondial, ces articles pourraient augurer d'une nouvelle image, franchement négative, de la France sur la scène internationale : une casserole qui, si elle s’avère tenace, pourrait la désavantager au niveau diplomatique.

 Selon la magazine le Point, ce regard américian sur la situation française a tout particulièrement inquiété le ministre des Affaires étrangères qui serait en train de peaufiner une réponse.

 A noter que le lecteur français n'apprend rien de neuf. Anthony Faiolla le journaliste du New York Times développe son argumentaire autour de plusieurs axes connus des juifs hexagonaux : la popularité de  Dieudonné, la manifestation où fut entendu le slogan « juif, hors de France », le score du FN aux élections européennes, les tensions entre juifs et musulmans, le retour des djihadistes de Syrie, la multiplication des actes de violences envers les juifs (140 pour le premier trimestres 2014) et le départ des juifs de France. Mais ce qui a sans doute inquiété le plus Laurent Fabius n'est pas le contenu de ces papiers, mais que le New York Times a décidé de mettre cet article en première page. A l’heure où nous écrivons ces lignes, la réponse du patron du Quai d'Orsay se fait toujours attendre.
Powered by Edreams Factory