Default profile photo

16 Décembre 2017 | 28, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique Israël

Israël bouleversé par la mort du bébe tué dans l'attentat de Jérusalem

Des Israéliens près d'une station de tramway à Jérusalem jeudi matin (Flash 90)

Le maire de la capitale israélienne réclame un renforcement du dispositif policier et le retour de la sécurité pour les habitants de Jérusalem.

Difficile de rester insensible devant la douleur du grand-père de la petite Haya Zissel Braun. « C’était une âme pure. Elle avait à peine trois mois ! Ses parents revenaient de leur première visite avec elle au Kotel. Ils lui ont montré où était le Temple » raconte Shimshon Halperin. Même pour cette famille orthodoxe et croyante, la mort d’une enfant innocente est presque impossible à intérioriser.

Au cours de deux heures qui ont suivi l’attaque contre la station de tramway de la Colline des Munitions, tous les Israéliens ont retenu leur souffle quand ils ont appris que la vie de la toute petite était en danger. C’est le grand-père qui a annoncé la mort de l’enfant aux journalistes qui attendaient dans le hall de l’hôpital. Tout dans les circonstances de l’attentat est terrible. Le terroriste qui a fauché (voir la vidéo)les passants avec sa voiture, la poussette percutée, le bébé arraché du sol pour retomber la tête la première. La petite Haya n’avait aucune chance.


Une crèche caillaissée jeudi matin

Dans la nuit, l’enfant a été inhumée (voir la vidéo) au cimetière du Mont des Oliviers, en présence du président de l’Etat. « C’est tout le peuple d’Israël qui pleure  la perte tragique, le meurtre et la haine qui ont frappé l’âme innocente d’un bébé, pur et aimé » a déclaré Reuven Rivlin devant les centaines de personnes qui avaient voulu entourer la famille terrassée par le drame.

Ce matin, c’est une crèche du quartier de Maaleh Hazeitim (voir vidéo) qui a été caillassée par des émeutiers. Et l’atmosphère était lourde sur la ligne de tramway qui relie les quartiers nord au centre de Jérusalem. Moins  de monde dans les rames, même si depuis déjà plusieurs mois, la ligne attire de moins en moins d’usagers qui redoutent les jets de pierres quand la ligne traverse les quartiers arabes. Ceux qui malgré tout continuent de prendre le tram, le font pour deux raisons : soit parce qu’ils n’ont pas le choix, soit parce qu’ils ne veulent pas laisser le terrorisme l’emporter. 

Powered by Edreams Factory