Default profile photo

15 Décembre 2017 | 27, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Israël

L’administration américaine se lâche : « Netanyahou n’est qu’un dégonflé! »

Les relations entre Benyamin Netanyahou et Barack Obama sont exécrables (Flash 90)

Rien ne va plus entre Washington et Jérusalem. Derrière les déclarations officielles, les responsables américains disent ce qu’ils pensent vraiment du chef du gouvernement israélien.

Qu'ont dit exactement les conseillers d'Obama?

Sur le site américain Atlantic, on pouvait découvrir ce matin les noms d’oiseaux que des conseillers du président des Etats-Unis réservent au Premier ministre israélien, quand ils peuvent rester anonymes. « Myope, réactionnaire, obtus, pompeux, autiste » ne sont que quelques uns des qualificatifs cités par le journaliste Jeffrey Goldberg, connu pour avoir l’oreille des conseillers du premier cercle et Barack Obama lui-même. L’épithète « dégonflé » vient s’ajouter à la liste déjà longue.

Washington reproche au Premier ministre israélien de poursuivre la construction à Jérusalem-Est, de ne faire aucun geste en direction des Palestiniens ou des Etats sunnites, de n’être guidé que par sa propre survie politique. On l’accuse même d’avoir bluffé à propos de l’Iran. « Plus personne ne le croit quand il menace d’attaquer les installations nucléaires iraniennes » rapporte le journaliste.

 

Qu'en pense Netanyahou?

« Je ne suis pas prêt à faire des concessions qui mettront en danger notre Etat. On fait des concessions, on reçoit des applaudissements et des roquettes » a répondu Benyamin Netanyahou, rappelant au passage qu’il n’a pas de leçon à recevoir en matière de courage.

 

Une crise grave entre les deux alliés?

Ce n’est pas un secret : les deux dirigeants ne se sont jamais aimés. C’était vrai aussi entre Carter et Begin ou entre Shamir et Bush père. Mais au-delà des inimitiés personnelles, la crise a largement dépassé de  « simples divergences de vues entre amis ». Si l’alliance stratégique tient bon, les positions de Jérusalem et de Washington semblent de plus en plus éloignées sur les dossiers comme le règlement du conflit avec les Palestiniens, le rôle de l’Iran et ses aspirations nucléaires et l’ordre des priorités dans le contexte régional actuel. Des différences qui ressemblent de plus en plus à de l’incompréhension mutuelle. Ce qui peut expliquer le recours à l’insulte.

Powered by Edreams Factory