Default profile photo

17 Décembre 2018 | 9, Tevet 5779 | Mise à jour le 17/12/2018 à 17h07

Rubrique France/Politique

Hassan Diab, le principal suspect de l'attentat de la rue Copernic, en détention provisoire

Hassan Diab dans une vidéo diffusée sur YouTube en 2011.

Le principal suspect dans l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic qui avait fait quatre morts en 1980 est arrivé en France samedi matin.

Trente quatre ans après l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic à Paris, le principal suspect est aujourd'hui dans une prison française. A l'issue d'un bras de fer judiciaire qui durait depuis 2008, Hassan Diab a été extradé du Canada et est arrivé en France samedi matin. Mis en examen pour assassinat, il a été immédiatement incarcéré.

La justice française le suspecte d'être le principal auteur de l'attentat qui, le 3 octobre 1980, avait provoqué la mort de quatre personnes et blessé des dizaines d'autres. L'enquête a en effet révélé que le poseur de la bombe, porteur d'un faux passeport chypriote au nom d'Alexander Panadriyu était  en réalité un militant du Front Populaire de Libération de la Palestine - Opérations Spéciales (FPLP - OS) s'appelant Hassan Diab. L'identité du terroriste a été exhumée des archives de la Stasi, les services secrets est-allemands, après la chute du Mur de Berlin.  


"Je n'étais pas en France le 3 octobre 1980"

Retrouvé au Canada par le juge français Marc Trévidic chargé de l'enquête, Hassan Diab clame son innocence et affirme être victime d'une homonymie. Dans cette vidéo diffusée sur son site "Justice For Hassan Diab" en juin 2011, le professeur de sociologie clame son innocence: 

"Je suis Hassan Diab, je n'ai rien à voir avec ce dont les autorités françaises m'accusent. Je n'étais pas en France le 3 octobre 1980. Et je condamne l'attentat qui a eu lieu contre la synagogue",explique-t-il en anglais. Mais s'ildemeure présumé innocent dans l'attente de son procès, de lourdes charges pèsent néanmoins contre lui. Le libano-canadien est actuellement dans une prison d'Ottawa en attendant son extradition qui pourrait avoir lieu dans les tous prochains jours. Jeudi soir, après la décision de la cour suprême canadienne, Hassan Diab a transmis un communiqué qui a été lu par ses partisans:"Je vis dans un cauchemar kafkaïen depuis plus de six ans, luttant contre de fausses allégations contre moi, endurant la détention, des conditions sévères de remise en liberté, la perte de mon emploi et un immense stress pour ma famille. Je n'abandonnerai jamais et je garderai l'espoir de revenir à ma maison au Canada et d'être réuni avec ma femme et mes enfants". 



De leur côté, les avocats des familles des victimes se sont félicités de la décision de la justice canadienne: "C'est une étape importante, Hassan Diab va enfin devoir s'expliquer et les victimes de l'attentat vont pouvoir être confrontées au principal suspect", a déclaré Me Bernard Cahen, l'avocat des parties civiles. Le procès d'Hassan Diab pourrait avoir lieu fin 2015 ou courant 2016.

Powered by Edreams Factory