Default profile photo

15 Décembre 2017 | 27, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Israël

Arabes israéliens : l’islamisme gagne du terrain

Crédit photo : Alain Azria

La tribune d'Olivier Rafowitz, colonel de réserve à Tsahal.

Au nord d'Israël, dans le village d'Abousnan, où vivent côte à côte des communautés druzes et musulmanes, de violentes échauffourées ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi, et 40 personnes ont été blessées. La raison de ces rixes entre jeunes Druzes et jeunes Arabes israéliens musulmans est le conflit lié au Mont du Temple à Jérusalem. Les druzes arabophones soutiennent Israël, servent dans l’armée israélienne, considèrent Israël comme leur patrie et s’opposent aux Arabes israéliens dans leur lutte contre Israël.

Depuis maintenant plus d’un mois, des courants islamistes, que ce soit en Israël, chez les Arabes israéliens et dans les territoires palestiniens, empoisonnent l’atmosphère en déclarant que les juifs veulent porter atteinte aux Mosquées d’Omar et d’El Aqsa au cœur de la Ville Sainte. Les villes d’Oum el Fahen, Kfar Kana, Sahnil, Taibei, et Abousnan, sont le théâtre de violences de la part de jeunes exaltés, minorité agissante d’Arabes   israéliens encadrés par des membres du Mouvement Islamiste du Nord (parti islamiste intégriste israélien) qui attaquent les forces de police locales, détruisent des bâtiments publiques et brûlent des voitures au nom du Djihad. Il y a en Israël près de 2 millions d’Arabes israéliens, qui ont un niveau de vie bien supérieur à celui de tous les Arabes de la région et qui, malgré une difficulté d’intégration à l’ethos national, font partie de l’État d’Israël. La grande majorité des Arabes israéliens ne veut pas subir la montée de l’islamisme intégriste qui met en péril des relations économiques, financières et sociales entre juifs et Arabes, mais sont la plupart du temps impuissants pour la contrecarrer et préfèrent s’identifier au Hamas de Gaza plutôt qu’aux anti-islamistes du maréchal Sissi au Caire.


Réveil d’une 5e colonne

Depuis plus d’un mois, les restaurants arabes de nombreuses villes israéliennes sont vides, car les juifs n’y viennent plus. Le fait de brûler un véhicule d’un juif israélien à Taibei et de pratiquement lyncher son propriétaire a une influence bien au-delà de l’acte criminel isolé. Les Arabes israéliens sont pris entre la montée de l’islamisme et du djihadisme qui entoure Israël et qui met le feu à l’Irak, à la Syrie, et une volonté de vivre avec un niveau de vie parmi les plus élevés de la région dans un pays ultramoderne. La violence qui a éclaté à Abousnan entre jeunes musulmans islamistes et druzes est exactement le symptôme de cette tension qui règne au sein d’une communauté arabe israélienne en quête de directions claires pour l’avenir. La communauté arabe israélienne, de manière naturelle et logique, a développé, en faisant partie de l’État d’Israël, de nouvelles élites, notamment dans les domaines médical, scientifique, culturel, juridique, et ceci, malgré une situation politique et identitaire extrêmement compliquée entre Arabes et juifs. Un exemple intéressant est celui des femmes bédouines qui, sous l’impulsion de la société israélienne, sortent du carcan patriarcale de la société bédouine pour devenir des femmes qui étudient et qui développent des carrières.

Aujourd'hui en Israël, les Arabes israéliens sont intégrés au plus haut niveau dans tous les secteurs de la société civile et participent au développement du pays. Il y a même un mouvement minoritaire d’arabes chrétiens israéliens qui soutiennent l’enrôlement dans Tsahal. Les violences qui frappent les villes arabes sur fond d’islamisme et de slogans liés au Hamas, au Djihad islamique et à Daesh sont d'abord et avant tout un danger pour les Arabes israéliens eux-mêmes. De plus, Israël au niveau sécuritaire ne pourra en aucun cas laisser se réveiller une 5e colonne qui crie "mort à Israël" et "nous sommes prêts à mourir pour El Aqsa". La gestion de cette problématique est vitale pour Israël, il ne faut donc pas se cacher la face ni faire abstraction de cette population qui vit en Israël mais qui souvent semble être à côté.

Powered by Edreams Factory