Default profile photo

28 Novembre 2021 | 24, Kislev 5782 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Rubrique Israël

Pourquoi Netanyahou n’était pas le bienvenu pour les cérémonies des victimes de l'Hyper Cacher

Benyamin Netanyahou lundi midi à proximité de l'Hyper Cacher (Flash 90)

La presse israélienne a révélé que l’Elysée avait demandé au Premier ministre israélien de ne pas participer à la marche républicaine.

Le message avait été transmis discrètement mais fermement : le président préférait que le chef du gouvernement israélien ne se joigne pas aux leaders étrangers pour le cortège qui allait défiler dans les rues de Paris. La raison : dans un contexte déjà difficilement contrôlable, Paris voulait éviter que la présence de Benyamin Netanyahou ne ramène le conflit israélo-palestinien au centre du débat. Et peut-être aussi craignait-on de se retrouver une nouvelle fois dans la situation embarrassante des appels à l’alyah, que le dirigeant israélien allait inévitablement adresser aux Juifs de France.



 

"Il était important et naturel que je vienne"

Le Premier ministre israélien avait tout d’abord accepté, invoquant des empêchements d’ordre sécuritaire. Benyamin Netanyahou s’était ensuite ravisé et avait annoncé son intention de se rendre à Paris, obligeant alors François Hollande à l’inviter de façon formelle.

 

« Il était naturel et important que je vienne et que l’on voie le chef du gouvernement israélien défiler aux côtés des autres leaders du monde dans un effort uni contre le terrorisme, ou au moins dans un appel à l’unité » s’est expliqué aujourd’hui Benyamin Netanyahou. « Israël soutient l’Europe dans son combat contre le terrorisme. Il est temps que l’Europe soutienne aussi Israël dans le même combat ». Le Premier ministre israélien a également pris en considération sa position particulière à l’égard de la communauté juive, qui n’aurait sans doute pas compris qu’après la tuerie de l’Hyper Cacher, le chef du gouvernement de l’Etat d’Israël ne soit pas à leurs côtés.

Powered by Edreams Factory