Default profile photo

02 Juillet 2020 | 10, Tammuz 5780 | Mise à jour le 02/07/2020 à 08h54

Chabbat 'Houkat - Balak : 21h38 - 23h01

Rubrique Israël

Le père de la victime arabe israélienne de Daech : « Non ! Mon fils n'était pas un agent du Mossad »

Les parents de Muhammad Musallam à Beit Haninan le 11 mars (Flash 90)

Le premier Arabe israélien assassiné par les terroristes de l'Etat Islamique voulait seulement quitter les rangs des jihadistes.

Muhammad Said Ismail Musallam avait 19 ans. Originaire du quartier de Beit Hanina à Jérusalem, il avait disparu depuis le mois d’octobre. Membre d’une famille sans histoire – le père travaille pour la coopérative de transport Egged – Muhammad avait même fait un an de service civil comme pompier volontaire. C’est apparemment après son échec à l’examen d’entrée d’un cours de sapeur-pompier, que le jeune homme décide de partir. A sa famille, il dit qu’il se rend en Turquie.


Mort sous les balles d'un enfant de 12 ans

En réalité, comme d'autres jeunes Arabes israéliens, Muhammad a été attiré par les sirènes de Daech et veut lui aussi prendre part au Jihad en Syrie. Mais rapidement, il se rend compte que ce n'est pas pour lui. Le jeune homme parvient à contacter sa famille par Facebook et appelle à l'aide. Quand son frère tente de faire passer de l'argent pour payer son passage de retour, il est déjà trop tard. Muhammad est aux mains des jihadistes, qui lui font avouer qu'il a été recruté par le Mossad pour infiltrer leur organisation. Daech publie même 13 autres noms, affirmant qu'ils sont des agents israéliens.

Pour Muhammad, le drame s'achève sous les balles d'un enfant de 12 ans. Dans le quartier juif de Neveh Yaakov où il habite, son père, Saïd ne peut que répéter que ni lui, ni aucun de ses fils n'a jamais été au service du Mossad. "Muhammad était un gamin de 19 ans qui ne connaissait rien à la vie" pleure le père du jeune homme.

Powered by Edreams Factory