Default profile photo

24 Août 2019 | 23, Av 5779 | Mise à jour le 08/08/2019 à 12h19

Rubrique France/Politique

Gilles-William Goldnadel: L'esprit Charlie est-il une escroquerie ?

Crédit photo : DR

Le billet de G.W. Goldnadel, Président de France-Israël et d’Avocats Sans Frontières

Les Palestiniens de Yarmouk en Syrie font l'objet depuis plusieurs jours d'attaques sanglantes par les djihadistes de l'État islamique. L'Autorité palestinienne a finalement refusé de faire alliance avec Assad pour leur venir en aide. Nul ne bronche ou que ce soit. Les gazettes sont presque aussi vides que les rues de Paris. Besancenot, le PCF, le BDS et les Verts n'ont pas l'idée de crier indignons-nous !

   Mon imagination est impuissante à décrire ce qu'aurait été la réaction de l'Europe gauchisante si Tsahal, quel que soit le contexte, quand bien même des missiles auraient été tirés de Yarmouk sur la Galilée, avait été impliqué en lieu et place de Daech.

   Ce qui revient, une nouvelle fois, à en déduire que le sort des Palestiniens n'intéresse seulement les humanistes d'opérette que lorsqu'il s'agit d'accabler Israël.

   De temps à autre, de petits lumières de lucidité scintillent dans les ténèbres lugubres de la mauvaise foi méchante. Ainsi de Philippe Val, ancien directeur de Charlie hebdo et de France-Inter et auteur d'un réconfortant « Malaise dans l’inculture ». Étrangement, en France, il faut être de la gauche extrême - ou l'avoir été - pour espérer la critiquer noblement. Val pointe avec talent le « sociologisme » de cette extrême gauche en majesté dans les médias qui trouve toujours toutes les excuses aux islamistes antisémites. Au moment où la détestation pathologique de l'État juif fait des carnages, Val est l'un des rares qui osent encore clamer « qu'Israël devrait être intouchable ».


« En France, trois mois après la  grand-messe Charlie, rien ne change.»

Apparemment ce n'est plus le souci de la classe politique et médiatique française, droite et gauche confondues. Au moment où un accord-cadre a été signé à Lausanne sous l'égide d'un Obama qu'on a peine à distinguer d'un islamo-gauchiste modéré de la rive gauche, plus personne ne se donne le mal de faire semblant de craindre pour l'avenir de l'État hébreu. Voilà qui présente au moins le mérite de la clarté.

Rien ne semble pouvoir altérer la pensée magique de l'Occident futile. Ni le rappel des tricheries répétées des Iraniens retors, ni le constat de la capitulation d’Obama qui avait juré qu'il ne tolérerait jamais la moindre centrifugeuse, ni la constatation que la République islamique est aussi islamiste et terroriste que l'État islamique, en beaucoup plus puissant. Quant à la comparaison avec les accords de Munich, n’y comptez surtout pas, la référence au passé hitlérien est particulièrement interdite lorsqu'elle concerne particulièrement l’État du peuple qui en a fait la plus terrible expérience. En France, trois mois après la grand-messe Charlie contre le terrorisme, rien ne change.

On vient d'apprendre que l'organisateur des manifestations interdites en faveur de Gaza vient d'être relaxé par une justice française, toujours aussi bonne fille envers l'extrême gauche. Pour annoncer cette nouvelle, l’AFP et le Monde se seront surpassés : « Alain Pojolat avait été condamné à 1500 euros d'amende avec sursis (mazette) pour avoir maintenu devant le ministère de l'Intérieur une manifestation interdite en soutien au “militant libanais” Georges Ibrahim Abdallah ». Le “militant” purge actuellement une peine en France pour avoir contribué à l'assassinat d'un Américain et d'un Israélien.

 L'esprit Charlie est une escroquerie. 

Powered by Edreams Factory