Default profile photo

11 Décembre 2017 | 23, Kislev 5778 | Mise à jour le 10/12/2017 à 13h04

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Israël

Tsahal se prépare à la prochaine guerre avec le Hezbollah

Crédit photo : Flash90.

Pour la première fois depuis des décennies, Israël envisage que la guerre au nord s'accompagnera d'une offensive terrestre de l'ennemi. Le génie militaire prépare la frontière en conséquence.

Cela fait quelques semaines que les habitants de Hanita ont de nouveaux voisins. Les quelques soldats qui gardaient la frontière à quelques mètres de l'aire de jeux du kibboutz sont devenus plusieurs dizaines. Des blindés font désormais partie du paysage, certains bardés d'antennes et autres dispositifs destinés à surveiller tous les mouvements du Hezbollah sur le versant libanais. Mais surtout, des équipes du génie de Tsahal sont venues en renfort. Leur mission : creuser des tranchées et édifier des talus, qui devront freiner ou au moins retarder la progression de troupes d'infanterie ennemies.

Car c'est maintenant une certitude : lors du prochain conflit, les milices chiites libanaises tenteront de s'emparer de villages israéliens frontaliers. Le Hezbollah, depuis son engagement en Syrie aux côtés de l'armée de Bashar al Assad, a développé ses techniques de combat et ne se limite plus aux seules attaques de missiles. « Il faudra faire en sorte que le Hezbollah ne se batte pas seulement contre nous, mais aussi contre le terrain » explique le colonel Alon Madanes, qui commande le secteur. 


Exercice de grande ampleur dans le Nord

Un premier tronçon de 11 kilomètres est actuellement en travaux et à terme, ce sont les 29 localités israéliennes situées à proximité de la frontière du Liban qui seront équipées de ces fortifications naturelles. Des travaux qui troublent la quiétude pastorale de cette région de Haute-Galilée, qui doit s'habituer au vacarme incessant des bulldozers et des excavatrices. Mais la population est prête à sacrifier quelques semaines de calme, si cela doit renforcer leur sécurité. Le mois dernier, Tsahal avait organisé un exercice de grande ampleur dans le nord du pays, pour tester notamment la réactivité des services de secours en cas d'attaques combinées de missiles et de commandos. « Notre mot d'ordre, c'est d'être prêts, car la guerre peut commencer demain » affirme le colonel Madanes. Même si l'échéance est un peu plus éloignée, Tsahal ne veut pas perdre de temps.

Powered by Edreams Factory