Default profile photo

23 Septembre 2019 | 23, Elul 5779 | Mise à jour le 23/09/2019 à 15h27

Rubrique Culture/Télé

De Radio Chalom à HSBC: une biographie révèle les secrets de Gad Elmaleh

« Gad savait qu’il ne serait pas rémunéré à Radio Shalom, mais il voulait s’amuser et se rôder. » (DR)

"La vie pas normale": c’est le titre de la biographie non officielle de Gad Elmaleh qui vient de paraître aux Editions du Moment sous la signature de Stéphane Koechlin qui a notamment écrit sur Bob Dylan, Michael Jackson ou Stromae. De nombreuses révélations secouent le landernau de la planète people. En voici un florilège extraits à l’appui.

« Chance »

« Le 19 avril 1971, la famille Elmaleh a la joie d’accueillir son deuxième enfant. Gad signifie « chance » en hébreu et « salé » en arabe. Autour, s’étend la blanche Casablanca, ce Maroc du soleil bordé par l’intense mer bleue, à l’ombre du légendaire et imaginaire Rick’s Café, où Humphrey Bogart se tient pour toujours dans son complet blanc, guettant la femme aimée. Plus tard, le garçon songera souvent au film, et à la ville où flottaient tant de rêves ».

 

Naissance d’une vocation

«  Régine et David [les parents de Gad] devaient gagner leur vie tout simplement. Ils vendirent des pizzas, des vêtements, gérèrent le magasin de jouets. Mais l’ancien mime n’oubliait pas le spectacle, frustré, ne se doutant pas qu’il avait légué en héritage à Gad ce désir de la scène comme un don ou un poison ».

« Le désir de Gad de faire du one-man-show vient de sa rencontre avec Elie Kakou » dixit son ami Sébastien Ripari. « Les comédiens apprentis attendirent Elie à la sortie et l’accompagnèrent jusqu’au restaurant, avec son producteur Jimmy Levy. Une amitié se créa faisant entrer peu à peu Gad dans le réseau parisien, celui de l’amitié, de l’admiration et du possible ».

 

Premières sur Radio Chalom

«  Les rôles se laissaient désirer. Gad se rappela que son oncle Albert Mallet (il avait supprimer le « El » de son nom), dirigeait Radio Shalom, « la voix de la paix », lancée en 1981 dans le bouillonnement des radios libres, libérées par Mitterrand. …

Albert Mallet, très pointilleux sur les émissions politiques et la ligne éditoriale, avait réuni une brochette de belles plumes. Parmi elles, les journalistes Maurice Szafran et Nicolas Domenach, le critique gastronomique Perico Légasse, qui intervenaient souvent pendant le journal. Gad savait qu’il ne serait pas rémunéré à Radio Shalom, mais il voulait s’amuser et se rôder. »

« Il mit un terme à cette expérience. Son salut ne dépendait pas de Paris, mais du pays cher à son cœur, le Canada. …

Pour Gad Elmaleh, le véritable départ viendra d’un homme d’affaires qui ne doutait de rien. Un ami de ses parents, Michel Azoulay, grâce à  son avantageuse position, devint son mécène ».

 

L’amie Karen

« Karen Taïeb est une belle femme aux cheveux bruns. Elle irradie comme toutes celles qui ont veillé sur le parcours de Gad Elmaleh, l’ont protégé, soutenu, parfois aimé. …

Elle a consacré sa vie à la culture, aux côtés de son mari Gil Taïeb, engagée dans la vie publique et politique. Ils ont fondé le festival Onze bouge, qui se déroule dans le XIe arrondissement, où Karen est élue, apparentée PS. …

Chaque année, un comique ou comédien parraine le Rendez-vous. Gad Elmaleh, qui ne s’y est jamais produit, accola son nom à l’une des premières éditions, trace d’une aventure commune inoubliable. »

 

L’imbroglio Raphaël

« Il avait donné un nom hébreu à son fils, Raphaël [né de son union avec Charlotte Casiraghi, fille de Caroline de Monaco]. La question religieuse émouvait le landerneau monégasque. Serait-il baptisé ? La communauté se demandait si l’enfant serait circoncis sous l’égide d’un rabbin complaisant car sa mère n’était pas juive. …

Finalement le baptême de Raphaël eut bien lieu sur le Rocher. Le petit garçon serait élevé dans la religion d’Etat de Monaco, le catholicisme ! Gad y avait consenti, provoquant la bouderie de sa propre famille. Ni son père, ni son oncle Albert ne participèrent à la cérémonie. »

 

"Fume le cigare si tu veux, mais pas devant tout le monde"

« Le journal Le Monde cita son nom dans le cadre du scandale de SwissLeaks, pour 80000 euros versés sur un compte en Suisse entre 2006 et 2007. Mais il avait depuis fermé ce dépôt et rapatrié sa petite fortune. Les critiques s’étaient réveillés, se moquant à nouveau de sa publicité pour LCL. …

 Ses accusations l’ont blessé. Son père David lui a dit : "Fume le cigare si tu veux, mais pas devant tout le monde" Cette phrase l’a énervé. Pourquoi se cacherait-il ? »

Powered by Edreams Factory