Default profile photo

20 Juillet 2019 | 17, Tammuz 5779 | Mise à jour le 17/07/2019 à 18h17

Rubrique Israël

Israël-Allemagne, une relation très spéciale

Angela Merkel et Binyamin Netanyahou (Flash90)

L’Allemagne est aujourd’hui le plus important partenaire européen d’Israël. La force des relations économiques, scientifiques et militaires tissées depuis cinquante ans entre les deux pays reflète le caractère spécifique de cette bilatéralité née « de l’enfer le plus noir de l’Histoire » Flash-back.

« Ces cinq dernières décennies ont montré combien l’Allemagne s’était investie pour assurer à Israël un avenir sûr, et celui-ci passe par une solution stable de deux Etats, un Etat juif d’Israël et un Etat palestinien » affirmait, en février 2014, Angela Merkel lors d’une réunion avec le Premier ministre israélien, Binyamin Netanyahou à Jérusalem. Au cours de cette réunion, une série d’accords bilatéraux dans les domaines de la sécurité, de la diplomatie, de l’économie, de la justice, de la science et de la culture étaient signés et l’organisation du 50e anniversaire des relations diplomatiques israélo-allemandes évoquée. Un moment résumant parfaitement, dans le fond et dans la forme, l’évolution de la relation bilatérale entre ces deux pays que tout séparait.

Une relation qui passe tout d’abord par le souci quasi obsessionnel pour l’Allemagne de garantir la sécurité d’Israël. Par la vente d’armes notamment. Depuis 1958, et donc bien avant l’officialisation des relations diplomatiques entre les deux pays en 1965, l’Allemagne représente un des plus importants fournisseurs d’armes de l’Etat hébreu. Il y a trois mois, le Conseil fédéral de sécurité approuvait l'exportation du cinquième des six sous-marins Dolphin promis à Israël dans le cadre d’un accord signé par le chancelier Schroeder en 2005. Une arme décisive pour Israël et une cohérence entre les actes et la parole d’Angela Merkel qui précisait quelques mois après avoir été élue devant la Knesset : « La sécurité d’Israël relève pour l’Allemagne de la raison d’État ».


Principal partenaire commercial d'Israël en Europe 

Dix ans plus tard, si Merkel demeure cette amie inconditionnelle d’Israël, elle est aussi devenue plus exigeante sur le plan politique. Poussée par une opinion publique de plus en plus convaincue de la responsabilité du gouvernement israélien dans le conflit avec les Palestiniens, l’Allemagne vote ainsi au Conseil de sécurité de l’ONU en 2011 en faveur d’une résolution condamnant « la politique israélienne de colonisation ». Un an plus tard, l’Allemagne s’abstient lors du vote de l’Assemblée générale de l’ONU qui reconnaît à l’Autorité palestinienne le statut « d’État observateur non-membre ». Une claque politique qu’Israël encaisse difficilement mais qui ne se traduira par aucun ralentissement visible des relations scientifiques, culturelles ou économiques.

Sur ce dernier plan, la relation conserve son caractère exceptionnel. Avec des échanges israélo-allemands évalués à 6,6 milliards de dollars en 2014 (soit une hausse de 7% comparée à 2013) et un total de 1,7 milliard de dollars d’exportations israéliennes vers l’Allemagne. Cette dernière est le principal partenaire commercial d'Israël en Europe (et le troisième après les États-Unis et la Chine). Une coopération qui se prolonge dans le domaine  scientifique, culturel, technologique ou encore en matière de sécurité antiterroriste.

De nombreux liens que les deux pays souhaitent promouvoir lors d’événements prévus en Israël pour souligner le jubilé de leurs relations diplomatiques. Parmi eux, l’événement économique majeur “Made in Germany”. Organisée du 28 au 30 juin par la Chambre de commerce et d’industrie israélo-allemande (AHK Israel) et l’Association économique germano-israélienne (DIW) cette exposition retracera le parcours des marques allemandes en Israël (et inversement). Sur le plan culturel, on retiendra le Festival de cinéma “50-50-50” qui présente du 4 au 26 mai 50 films allemands des 50 dernières années réalisés par 50 réalisateurs.

Powered by Edreams Factory