Default profile photo

16 Décembre 2017 | 28, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique Israël

L'antisionisme rapproche les minorités sur les campus américains

La montée en puissance du mouvement commence à inquiéter les étudiants juifs américains. (Flash 90, image d'illustration)

Les débats et les appels au boycott d'Israël se multiplient. Si les présidents d'universités ne suivent pas encore leurs étudiants, le phénomène inquiète.

La campagne BDS de boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël continue à faire de nouveaux adeptes. Sur les campus américains, elle devient même depuis quelque temps un facteur de rapprochement entre différentes communautés, qui en appelant à condamner Israël, font un étrange amalgame entre le conflit israélo-palestinien et la contestation sociale intérieure.

Des groupes affiliés au BDS sont désormais établis sur des centaines de campus à travers les Etats-Unis. Ce qui est nouveau, c'est qu'ils rallient autour d'eux des étudiants appartenant à diverses minorités, qu'ils s'agissent de Noirs, de Latinos, d'Indiens américains, ou encore de femmes, ou de mouvements gays et lesbiens. Ces jeunes d'origines et d'identités variées se retrouvent dans leur condamnation d'Israël et sont de plus en plus actifs dans les appels à leurs universités de rejoindre le mouvement de boycott académique d'Israël.


Des dizaines de résolutions ont été votées par ces groupes, sans qu'aucune n'ait encore été validée par les rectorats, mais la montée en puissance du mouvement commence à inquiéter les étudiants juifs américains, qui ne comprennent pas comment ils ont pu être ainsi marginalisés par d'autres communautés et qui hésitent de plus en plus à manifester leur soutien à Israël, redoutant aussi une dérive antisémite.

Powered by Edreams Factory