Default profile photo

18 Avril 2021 | 6, Iyyar 5781 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Rubrique Culture/Télé

José Rodriguez dos Santos : « Colomb est probablement le fils illégitime d’une femme juive »

« 40% des Portugais ont des gènes juifs ! » (DR)

Ex-reporter de guerre, présentateur vedette au Portugal du JT de 20 heures, José Rodriguez dos Santos est aussi l’auteur de best-sellers traduits en 22 langues, entre romans historiques et thrillers ésotériques. Avec « Codex 632, le secret de Christophe Colomb », le journaliste vient encore balayer quelques certitudes.

Actualité Juive : La vérité historique est au cœur de votre livre. De quoi s’agit-il ?

J. R.d.S. : Il y a d’abord un fait avéré : celui que tout le monde appelle Colomb n’existe dans aucun document sous ce nom ! Il  y a en revanche bien eu deux hommes au Ve siècle aux noms très proches, l’un de Gênes (Colombo) un plébéien illettré devenu marin à 14 ans. Et un autre, amiral et érudit (Colon) qui s’est marié à une femme de la noblesse, liée à la famille royale portugaise. Celui-là a découvert l’Amérique. Les historiens nous disent que c’est un seul et même homme. Tous les documents démentent cette version.

A.J. : Comment s’est donc construit selon vous « le mensonge »  autour de l’identité de Christophe Colomb ? 

J. R.d.S. : Le rôle des historiens italiens du XIXe a été déterminant : ils avaient besoin de héros au moment de l’unification du pays, ils n’ont donc pas fait de l’Histoire mais de la politique. C’est eux qui ont dit que Colomb était né à Gênes. Les autres historiens ont repris cette version, par paresse… et parce qu’il y a un vide autour de son identité. Je fais toujours relire mes manuscrits à des spécialistes. Le plus éminent historien portugais sur les grandes découvertes m’a confié avoir revu sa position, après m’avoir lu, et au vu des documents cités. Tout laisse penser que Colomb n’était pas italien mais portugais, probablement le fils illégitime d’un noble portugais et d’une femme juive, ce qui n’était pas rare au Portugal. 

A.J. : Une étude a été produite par Simon Wiesenthal lui-même sur l’identité juive du navigateur.  Vous êtes allé jusqu’à montrer la signature de Colomb à un kabbaliste …

J. R.d.S. : J’ai vu en effet le rabbin de Lisbonne, aujourd’hui installé à Jérusalem, un grand kabbaliste. Pour lui, la signature de Colomb est kabbalistique.  Il y a d’autres indices de sa judéité : les citations, dans son journal, de la Bible  qui proviennent toutes de l’Ancien Testament,  aucune du Nouveau.  Et puis il a embarqué sur le Santa Maria le jour même où la loi d’expulsion des Juifs était promulguée, pas le lendemain… Colomb a été au cœur d’une véritable intrigue de palais. Les découvertes étaient un véritable projet national au Portugal dès le XIVe siècle. Les Portugais voulaient aller en Inde pour les épices,  mais ils ont compris qu’ils auraient la guerre avec l’Espagne s’ils y parvenaient avant elle, ils ont donc utilisé Christophe Colomb pour mettre les Espagnols sur une mauvaise piste…

A.J. : Quel regard portez-vous sur les relations de l’époque entre le Portugal et les Juifs ? L’édit d’expulsion du pays a été publié, quatre ans après celui de l’Espagne…

J. R.d.S. : Je pense que l’attitude du Portugal a malgré cela été beaucoup moins violente que celle de l’Espagne. Le pays  a longtemps protégé les Juifs, il a d’ailleurs été un refuge pour de nombreux Juifs chassés d’Espagne au moment des persécutions. Le roi du Portugal Dom Manuel 1er a décrété l’expulsion pour satisfaire sa future épouse, héritière du trône d’Espagne qui va importer chez son voisin l’Inquisition au XVIe siècle. Les mélanges entre les populations juive et chrétienne du pays ont par ailleurs été très importants. Une étude de l’Université de Lisbonne menée avec la Caroline du Sud a montré que le patrimoine génétique des Portugais était constitué à 40 % de gènes juifs. J’ai donc probablement des ancêtres juifs. Cristiano Ronaldo est peut-être lui même un demi-juif !

José Rodriguez dos Santos, « Codex 632, le secret de Christophe Colomb », HC Editions, 377 pages, 22 euros.

Powered by Edreams Factory