Default profile photo

16 Décembre 2017 | 28, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique France/Politique

Ulcan au menu d'une réunion au Ministère de l'Intérieur

En trois jours, trois journalistes, Pierre Haski de Rue89, Daniel Schneidermann de Libération et Arrêt sur Image, et Daniel Sieffert de Politis ont vu débarquer les forces de police chez eux, victimes de « swatting » (Capture d'écran).

Les journalistes piratés par le hacker franco-israélien Ulcan devraient être reçus cet après-midi par le ministre de l'Intérieur.

Gregory Chelly, alias Ulcan n'est plus sur les réseaux sociaux. Compte Facebook fermé, il est aussi évincé de Twitter, et son site VVocal est devenu difficile d'accès... Faut-il y voir un signe de l'intervention du ministre des affaires étrangères Laurent Fabius qui, lors de sa rencontre dimanche dernier avec Benyamin Netayahou a, selon Buzzfeed, évoqué le cas Ulcan ?

Selon une source au Ministère de l'Intérieur :

«Le ministre s’est rendu en Israël dimanche et a évoqué cette affaire Ulcan avec Benyamin Netanyahou. Je peux vous dire que la coopération judiciaire entre nos deux pays est de qualité. Je n’ai pas le fond du contenu des discussions, mais je sais que Netanyahou a eu une attitude ouverte dans un état d’esprit positif».

 

Swatting

Aujourd'hui en début d'après-midi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, devrait recevoir en compagnie de la ministre de la Justice Christine Taubira, les journalistes Pierre Haski, et Daniel Schneidermann, récentes victimes de « swatting » qu'ils attribuent à Gregory Chelly, alias Ulcan, le hacker franco-israélien habitant Ashdod, créateur du site ViolVocal. Contacté, l'Intérieur n'a pas confirmé la tenue de cette réunion.

En trois jours, trois journalistes, Pierre Haski de Rue89, Daniel Schneidermann de Libération et Arrêt sur Image, et Daniel Sieffert de Politis ont vu débarquer les forces de police chez eux, victimes de « swatting », du nom du Swat, l'équivalent américain du RAID ou du GIGN. Le hacker pirate le téléphone de sa victime et appelle la police en lui déclarant : « j'ai tué ma femme, je suis chez moi ».

Ils lui attribuent également les menaces de mort reçues par le PDG d'Orange, Stéphane Richard, puisqu'Ulcan s'est assigné pour mission d'attaquer les « adversaires » d'Israël. Il nie d'autre part toute action de sa part ces dernières semaines.


Holà israélien? 

En août dernier, Pierre Haski avait déjà été victime d'un tel « canular », revendiqué cette fois par Ulcan. Plus grave, ce dernier avait contacté les parents d'un autre journaliste, leur déclarant que leur fils était mort. Quelques jours plus tard, son père décédait d'un infarctus.

De son côté, Laurent Fabius semble déduire de l'accueil positif qu'a reçu sa demande à Binyamin Netanyahou que les autorités israéliennes, à défaut d'extrader Ulcan, pourraient bien mettre le holà à ses activités.

Powered by Edreams Factory