Default profile photo

15 Décembre 2017 | 27, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique France/Politique

La LDJ condamne les violences du match Charleroi/ Jerusalem

Capture d'écran. Youtube

Retour sur les violences ayant perturbé le match de football Sporting Charlero-Beitar Jérusalem.

« Vous savez nos drapeaux sont en vente libre, ce n'est vraiment pas difficile de s'en procurer ». Pour Michel Lévy, chargé de la communication de la Ligue de Défense Juive, pas question de s'associer aux actes de violences survenus jeudi 16  juillet dans les tribunes du stade de football de Charleroi, où s'opposaient le Sporting Charleroi et le  Beitar de Jérusalem, et où flottaient plusieurs drapeaux jaunes de la Ligue.

« La LDJ condamne tous les racismes contre toutes les origines, et toutes les religions,  juive, chrétienne, musulmane » explique  le responsable de la communication de la LDJ qui désapprouve les débordements qui ont interrompu le match de jeudi soir: fumigènes lancés sur le terrain, gardien belge blessé à la tête par un objet non-identifié, ces actes de violences ont par ailleurs déclenché une avalanche de réactions. Benyamin Netanyhou veut l'ouverture d'une enquête tout en se félicitant que « la majorité des fans du Beitar ont immédiatement condamné le comportement de ce petit groupe » . Le propriétaire du Beitar Eli Tabib, lui, jette l'éponge : il met en vente le Beitar et se retire du sport israélien. 

Mais le doute plane pourtant sur les réels instigateurs des violences côté israélien. Fan du Beitar, LDJ ? Sur la chaîne israélienne Sport news, un anonyme « chef de la LDJ » a expliqué le 20 juillet n'avoir que fait que répondre aux provocations du camp belge accusé d'avoir fait des salut nazis, et proféré des insultes. Mais Michel Lévy, qui aime aussi peu « le foot que les supporters » récuse encore une fois : « Moi aussi, je peux me déclarer chef du Parti Socialiste demain, si le journaliste ne vérifie pas... » . 

Powered by Edreams Factory