Default profile photo

13 Décembre 2017 | 25, Kislev 5778 | Mise à jour le 12/12/2017 à 17h23

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Israël

Jonathan Pollard, bientôt libre, enfin

Crédit photo : DR

La commission des libérations de l'administration pénitentiaire américaine a décidé que l'ancien analyste du Pentagone sera remis en liberté le 20 novembre 2015.

C'est la ministre israélienne de la Justice, Ayelet Shaked, qui a rendu la nouvelle publique, le 28 juillet, sur twitter : la commission des libérations de l'administration pénitentiaire américaine a décidé de remettre Jonathan Pollard en liberté le vendredi 20 novembre 2015, 30 ans jour pour jour après son arrestation. Cette libération marque la fin d'une longue saga qui a été marquée par de nombreuses déceptions pour les défenseurs de Pollard et pour les gouvernements israéliens successifs.

Appréhendé en novembre 1985 pour avoir livré à Israël des documents classifiés du Pentagone américain où il travaillait, Jonathan Pollard avait été condamné à la prison à vie, malgré un accord signé avec le Parquet qui devait limiter sa peine à dix ans de prison en échange de ses aveux.

La défense de Pollard, qui avait d'abord été l'apanage des milieux de droite israéliens, est devenue une cause nationale dans les années 90. Les dirigeants successifs de l'Etat hébreu ont tenté en vain d'obtenir sa libération et Binyamin Netanyahou a failli réussir à deux reprises.


Une possible libération en novembre 2015

Jusqu'à présent, toutes ses demandes de libération anticipée avaient été systématiquement rejetées malgré sa bonne conduite et les avis favorables de l'administration pénitentiaire. Ces refus résultaient sans doute de la volonté des autorités de mettre en avant la gravité de sa trahison mais peut-être aussi de leur désir de l'utiliser comme monnaie d'échange dans les pourparlers de paix israélo-palestiniens.

Diverses sources, dont plusieurs médias américains, font état depuis quelques jours d'une possible libération de Jonathan Pollard en novembre 2015. La ministre américaine de la Justice, Loretta Lynch, a déclaré récemment que son ministère n'avait « pas l’intention d’intervenir » pour empêcher la libération de M. Pollard. On ignore encore les conditions de cette libération et il n'est pas sûr que Pollard puisse se rendre en Israël.

Une autre question se pose : cette libération est-elle destinée à calmer la colère des Israéliens après la conclusion du récent accord sur le nucléaire iranien auquel l'Etat hébreu est violemment opposé ? Certains experts l'affirment, mais à Washington comme à Jérusalem, les milieux officiels rejettent fermement cette interprétation.

Powered by Edreams Factory