Default profile photo

17 Février 2020 | 22, Shevat 5780 | Mise à jour le 12/02/2020 à 17h37

Rubrique Judaïsme

Parachot Matot-Masseï : Fortifier les esprits et les cœurs

Illustration de Gerard Darmon, artiste peintre

Nous avons souvent évoqué, dans le cadre de cette chronique, le concept de Hachga’ha pratith (1), qui donne une place déterminante à chaque détail de la création. Dans l’esprit de la tradition juive, le hasard n’existe pas et bien que le libre arbitre soit donné à l’homme, D.ieu possède une connaissance infinie et complète de Son œuvre. C’est ce que nos Maîtres soulignent dans notre paracha.

La parachath Masshé évoque un fait déjà connu de l’histoire biblique puisqu’elle mentionne pour la seconde fois la mort de Aarone. Nous avons, en effet déjà appris le départ de ce Tsaddik dans la parachath ’Houkath. Mais il y a plus. Aarone est le seul personnage de la Thora dont la date du décès est clairement donnée dans le texte : le premier jour du cinquième mois, c'est-à-dire le premier jour du mois de Av (2). Et nos Maîtres de s’interroger : quelle est la raison de cette spécificité ? Et plus particulièrement, quel est le lien entre la personnalité de Aarone et cette date ?


Poursuivre la paix

C’est dans une Michna des Pirké Avoth (3) que nous découvrons le trait dominant de la personnalité de Aarone, au point que ce texte nous conseillera de s’inspirer de son exemple : « Fais partie des disciples de Aarone. Aime la paix et poursuis la paix. Aime les créatures et rapproche-les de la Thora ». Commentant cette Michna, nos Maîtres soulignent qu’Aarone était grand parce que son existence incarnait tout le but du don de la Thora. Le Rambam nous enseigne, en effet, dans son Michné Thora (4) que « …toute la Thora ne fut donnée que pour faire la paix dans le monde… ». Quand la paix et l’unité règnent dans le monde, la création entière atteint sa plénitude et réalise le but pour lequel elle a été créée. Par la force de cette qualité, l’harmonie s’installe, non seulement entre les hommes, mais aussi au sein du monde animal, du monde végétal et du monde minéral. C’est pourquoi il est dit que durant l’ère messianique « …le loup habitera avec le mouton (sans le dévorer)… », car la paix règnera entre les hommes et possèdera la force d’imprégner toute la création.


Réparer avant la faute

On peut comprendre, à présent, pourquoi la mort de Aarone est mentionnée une seconde fois dans la  paracha de cette semaine. La parachath Masshé est toujours lue à proximité du mois de Av ou durant le mois de Av (comme cette année). Or, au cours de ce mois, nous rappelons, à notre mémoire, la destruction des deux Temples qui se produisit le 9 de ce mois. A ce propos, le Talmud (5) nous rapporte que le second Temple fut détruit par la faute de la haine qui régnait au sein du peuple juif. C’est pourquoi vient ici, le rappel de la mort de Aarone qui se distinguait par son amour de la paix, comme un message de réparation avant la plaie. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, la Thora précise la date du départ de ce Tsaddik : « …le un du mois (c'est-à-dire le premier jour de ce mois). Pourquoi « un » ? C’est une allusion à l’unité, condition indispensable pour fortifier les esprits et les cœurs et nous rapprocher de notre Créateur.

(1) Expression hébraïque qui signifie « surveillance (divine) de chaque détail (de la création) » 

(2) Chap.33, verset 38

(3) Chap. 1, Michna 12

(4) Fin des Lois de ’Hanoucca

(5) Traité Yoma

Powered by Edreams Factory