Default profile photo

29 Avril 2017 | 3, Iyyar 5777 | Mise à jour le 28/04/2017 à 14h04

Chabbat A'harémot - Kédochim : 20h54 - 22h09

Rubrique Régions

Alain Timar : « Le théâtre d’Albert Cohen porte vers l’universel »

« Un espace singulier dans le paysage théâtral » (IFOU)

Rencontre avec Alain Timar, directeur du Théâtre des Halles, qui évoque sa programmation.

Actualité Juive : Comment s'annonce le Festival d'Avignon cette année ? Souffre-t-il comme de nombreux festivals de la baisse de subventions générale ? 

Alain Timar : Le Festival d’Avignon reste comme toujours un espace tout à fait singulier dans le paysage théâtral français, voire européen. Un Festival In, un Off, tous deux caractérisés par un esprit de liberté créatrice. J’espère donc que le public suivra cet état d’esprit et soutiendra les artistes. Souhaitons qu’il soit réussi. Malgré une baisse des aides publiques depuis plusieurs années, ce festival conserve son attractivité. Mais les Compagnies et professionnels éprouvent de plus en plus de difficultés à assurer leurs missions et leurs ambitions.

 

A.J. : Vous programmez à nouveau "Ô vous frères humains" d’Albert Cohen, gros succès de 2014, sur la fraternité humaine, comment, selon vous, le théâtre peut-il rapprocher les hommes ou ne le peut-il pas ?

A.T : Le théâtre a toujours été un espace privilégié pour la prise de parole et regarder l’état de notre société. Je voudrais qu’il en soit de même dans tous les pays. Ce regard vers l’universel, Albert Cohen, avec  "Ô vous frères humains", le porte à travers son histoire. Il parle, certes de son propre parcours, mais il s’adresse à chacun d’entre nous individuellement et collectivement. Les mots, la pensée de Cohen, la philosophie qui s’en dégage, résonnent avec une évidence douloureuse, que de maux, que de blessures, que de haines à bannir de ce monde. Les tragédies que nous connaissons aujourd’hui m’ont dit qu’il était impératif et humainement nécessaire de faire à nouveau entendre cette parole rare.

 

A.J. : Vous proposez au Théâtre des Halles douze pièces par jour, comment faites-vous votre choix, selon quels critères ?

A.T. : Mon choix est très souvent guidé par le propos des auteurs. Je conçois la programmation de chaque festival en tenant compte des paroles que je souhaite faire entendre. Je mène aussi depuis plusieurs années des compagnonnages avec bon nombre de compagnies, des metteurs en scène et des écrivains. Notre saison d’hiver est également en résonance avec la programmation du festival. Malgré la difficulté à faire entendre  aujourd’hui une parole positive, j’essaie de donner un regard humain et constructif de notre société, proche évidemment de mes préoccupations et convictions.

Powered by Edreams Factory