Default profile photo

15 Décembre 2017 | 27, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique Israël

Reprise de la guerre du chabbat à Jérusalem ?

: Le nouveau complexe de salles de cinéma Yes Planet.(Flash90)

La mairie de Jérusalem a autorisé l'ouverture le chabbat d'un nouveau complexe de salles de cinéma et ordonné la fermeture ce jour-là de plusieurs épiceries du centre-ville. Une manière de maintenir l'équilibre entre les différentes populations…

L'été est souvent une saison "chaude" dans les affrontements autour du respect du chabbat à Jérusalem. C'est en effet la période où les étudiants des yeshivot sont en vacances – du 9 Av au début du mois d'Elloul –  et les dirigeants de leur secteur voient dans ces manifestations une bonne manière de les mobiliser et de les occuper.

L'été 2015 n'a pas fait exception à cette règle. Alors qu'un statu quo bon enfant régnait depuis plusieurs mois dans la capitale autour des questions religieuses, des manifestations ont éclaté au cours des dernières semaines pour protester contre l'ouverture le chabbat de Yes Planet, un nouveau complexe de salles de cinéma.

Alors que Cinéma City, l'autre complexe de loisirs de la capitale, situé plus près des zones orthodoxes, est fermé le chabbat, il avait été décidé que Yes Planet, bâti dans le quartier judéo-arabe d'Abou Tor, loin de toute concentration ultra-orthodoxe, fonctionnerait le chabbat. Les Harédim se sont mobilisés pour exprimer leur opposition à cette mesure et des milliers de manifestants sont descendus dans la rue le 15 août. Ces manifestations se sont déroulées sans incident marquant. Quelques jours plus tard, la mairie de Jérusalem a annoncé son intention de fermer le chabbat huit épiceries du centre-ville, ouvertes jusqu'à présent sept jours sur sept, et d'infliger de lourdes amendes aux commerçants récalcitrants.


Décision de la Haute Cour de justice

Beaucoup d'observateurs ont expliqué cette décision soudaine par le désir du maire, Nir Barkat, d'apaiser les ultra-orthodoxes et de leur offrir une sorte de compensation après l'ouverture de Yes Planet.

La mairie de Jérusalem a démenti ces allégations et affirmé que la mesure était liée à une décision de la Haute Cour de justice ordonnant la fermeture des commerces de Tel-Aviv le chabbat. Elle a fait valoir que, selon les règlements municipaux, les restaurants et lieux de divertissement pouvaient rester ouverts le chabbat à Jérusalem, alors que les magasins ordinaires n’en avaient pas le droit.

Il faut noter cependant que la mairie ferme les yeux sur l'ouverture de magasins le chabbat dans certaines zones de la capitale plus éloignées des quartiers ultra-orthodoxes.

Powered by Edreams Factory