Default profile photo

23 Février 2020 | 28, Shevat 5780 | Mise à jour le 19/02/2020 à 18h14

Rubrique Sport

FOOTBALL-LIGUE DES CHAMPIONS (BARRAGES)

Eran Zahavi, l'homme qui peut envoyer le Maccabi Tel-Aviv en Ligue des Champions

Zahavi, encore un doublé? (DR)

Le club israélien affronte mardi soir le FC Bâle en match retour des barrages de la Ligue des champions, après un aller encourageant.

Bien sûr, il y avait eu ce but, une bicyclette à la "JPP" marquée avec l'Hapoël Tel-Aviv, en 2010, contre Lyon et que l'actuel portier de Tottenham, Hugo Lloris, ce soir-là dans les cages, n'a pas peut-être totalement effacée de sa mémoire. Mais Eran Zahavi, l'attaquant du Maccabi Tel-Aviv qui affronte mardi le FC Bâle pour le match retour des barrages de la Ligue des Champions, est en train de passer un palier. Et il a peut-être choisi la voie européenne pour faire savoir son ascension au-delà des limites de la Ligat Haal, le championnat de première division israélien. 


A l'aller, un scénario rocambolesque

Celui que la presse suisse considérait ce matin comme le principal danger de l'équipe israélienne avait réussi, la semaine dernière, un doublé (2-2) qui place aujourd'hui le Maccabi dans une position favorable face aux champions de Suisse. A dire vrai, les deux buts avaient été inscrits contre le cours du match et les stats n'avaient pas été très favorables au club tel-avivien: Bâle avait contrôlé la balle et fait chauffer les gans de Juan Pablo, avec un succès relatif (seulement 2 buts sur 16 tirs).


PossessionTirs (dont cadrés)Passes

FC BALE

68%

16 (6)741
MACCABI TEL-AVIV32%5 (2)254


Zahavi, l'heure de la revanche

Si le Maccabi peut espérer ce soir retrouver une compétition don il avait goûté pour la première fois de son histoire il y a onze ans, lors de la saison 2004-2005 (dans le "groupe de la mort" - Juventus, Bayern Munich et Ajax Amsterdam, soit 11 titres en C1 dans le panier - avec en prime une dernière place mais à égalité de points (4) avec les Hollandais, une petite performance à l'échelle du club et du foot israélien), il le doit certes un peu à l'arbitre du match aller qui avait refusé un but valable aux Suisses. Nonobstant ce fait de jeu, l'équipe israélienne a montré un certain caractère, de la persévérance et du talent, en la personne d'Eran Zahavi.

Le capitaine du Maccabi ne sera jamais Cristiano Ronaldo et il n'a pas le jeu de jambes d'un Menphis Depay, qui a profité de son premier match européen avec son nouveau club, Manchester United, contre Bruges la semaine dernière, dans l'une des autres rencontres de ces barrages, pour alerter la planète football que Patrick Kluivert avait peut-être un enfant spirituel né en 1994, soit un an avant sa victoire avec l'Ajax en Ligue des Champions, avec pour coach un certain...Louis Van Gaal, l'entraîneur des Red Devils.

Zehavi a déjà 28 ans, une expérience ratée en Europe à Palerme entre 2011 et 2013 (2 buts en 32 matchs, un bilan faiblard pour celui qui avait été recruté comme successeur du Parisien Javier Pastore) et quelques éclats à son actif sur la scène européen (le match contre Lyon, un doublé contre Benfica la même saison). Mais depuis son retour en Israël chez le rival, le Maccabi Tel-Aviv, l'attaquant international enquille les buts et les titres: 78 buts en 105 matchs (sa fiche Wikipedia évoque même 87 buts), trois titres de champion, une coupe nationale en 2015.


20 millions d'euros au bout des pieds du "Messi israélien"

Jordi Cruyff, directeur sportif du Maccabi et fils de, a résumé d'une formule l'influence du joueur: "Je pense que c'est l'un des meilleurs recrutements de l'histoire du Maccabi Tel-Aviv". Le club s'est mis à rêver à la coupe aux grandes oreilles. Elle aurait tort de ne pas le faire même si ses dirigeants ont mis en garde les joueurs contre tout excès de confiance en soi, une attitude qui a parfois causé du tort à la sélection israélienne. "C'est un jeu de 180 minutes et seulement 90 minutes sont passées" a rappelé Cruyff junior.

L'enjeu n'est pas seulement sportif ou honorifique: une victoire contre le FC Bâle garantirait 12 millions d'euros de rentrées au club israélien, de quoi tailler des croupières à l'Hapoël et au Maccabi Haïfa qui vient de s'offrir l'ex-Bordelais Ludovic Obraniak. S'il envoie son équipe en Ligue des Champions - un petit 0-0 ou un 1-1 seraient suffisants), une première depuis quatre ans pour un club israélien, Zehavi aura bien mérité son nouveau surnom de "Messi israélien". 


(le résumé du match aller)

Powered by Edreams Factory