Default profile photo

03 Février 2023 | 12, Shevat 5783 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Rubrique Communauté

Sonia-Sarah Lipsyc : « Il faut se préoccuper du statut des femmes dans le judaïsme français »

CAPTURE D’ECRAN YOUTUBE.

En se confrontant à un sujet aussi essentiel que la place des femmes dans le monde juif, le groupe Facebook « Judaïsme et Féminisme » suscite le débat sur les réseaux sociaux. Rencontre avec l’une de ses modératrices, Sonia-Sarah Lipsyc.

Actualité Juive : Qu’est-ce qui a motivé l’existence de JeF? 

Sonia-Sarah Lipsyc : Ce groupe, fort de plus de 1.200 membres et en continuelle progression, se préoccupe de l’avancement du statut des femmes au sein du judaïsme français et au-delà dans l’espace francophone.  Il se fonde notamment sur un constat de déficit d’informations et d’échanges en la matière alors que les médias sociaux offrent précisément cette possibilité de connaissances et de mobilisation. Notre groupe JeF s’intéresse ainsi à la place des femmes dans le domaine de l’étude, de l’espace synagogal, de la recherche de solutions pour les femmes en attente du guet (divorce religieux - Ndr), du leadership religieux des femmes, etc. Il réunit des femmes et des hommes, de tout âge mais plutôt jeunes qui entendent œuvrer à plus d’équité dans ces domaines.

Bien que JeF soit un groupe respectueux du pluralisme à l’intérieur du judaïsme, ses publications insistent sur les démarches des courants modernes orthodoxes américains et israéliens. Car il s’agit de proposer au judaïsme français consistorial et de rite orthodoxe et surtout à ses membres, des pistes de réflexions ou des exemples d’initiatives montrant un judaïsme respectueux de la halakha et ouvert. Jef a été créé en 2012 par un jeune homme Michaël Amsellem, qui, au fil du temps et surtout depuis le changement de nom en Judaïsme et Féminisme en 2014, a réuni autour de lui quatre autres modérateurs/trices : Joëlle Lévy et Janick Dahan (France), Gabriel Abensour (Israël) et moi-même à Montréal.


A.J.: Comment fonctionnez-vous au quotidien ?

S.-S.L. : D’abord nous recevons tous les jours des demandes d’adhésion que nous n’acceptons qu’après que la personne a adhéré à notre charte qui implique un ton respectueux, l’absence de propos racistes, sexistes ou homophobes. Les posts sont très variés car JeF est un espace de liberté où cette dichotomie entre le statut des femmes à l’extérieur et à l’intérieur du judaïsme peut être interrogée. JeF réunit des personnes diverses, des érudits, hommes ou femmes, rabbins, universitaires, avocats, artistes ou simplement des gens qui veulent partager sur ces questions. Il peut y avoir quelqu’un qui va demander un exemple d’accord prénuptial afin de prévenir le problème du guet ou une autre qui va informer de la lecture à Paris de la Torah par les femmes pour Simhat Torah.


A.J.: Avez-vous des actions et/ou des publications de prévues ?

S.-S.L. : JeF est avant tout un groupe d’information et de conscientisation, c’est déjà beaucoup. C’est comme un tikoun, une réparation mais nous n’excluons pas à l’avenir de susciter ou de s’associer à une ou des actions.

Powered by Edreams Factory