Default profile photo

12 Décembre 2019 | 14, Kislev 5780 | Mise à jour le 11/12/2019 à 17h51

Rubrique France/Politique

Patrick Klugman cible de toutes les critiques

Crédit Twitter

Il est devenu en quelques jours l’homme à abattre sur les réseaux sociaux, concentrant sur sa personne toutes les critiques à l’encontre de la majorité socialiste à laquelle il appartient.

Il y a d’abord eu Tel-Aviv sur Seine, puis la réception de Mahmoud Abbas  « président de la Palestine » à l’Hôtel de ville et ces agendas distribués par la mairie de Paris. Trois affaires incroyablement rapprochées qui ont exaspéré la communauté juive et fait monter la grogne sur la personne de Patrick Klugman. Ces derniers jours, l’ancien président de l’UEJF a suscité une immense controverse sur les réseaux sociaux avec les pour et les contre, mais surtout les contre. A travers une pétition (21.840 signatures en un week-end), la Confédération des Juifs de France et Amis d’Israël appelle à son exclusion du CRIF au risque de « dénaturer le combat » de l’institution. Dans une lettre ouverte à Roger Cukierman, elle interpelle sur le « cas Klugman » qui « décrédibilise l’institution et fragilise notre communauté qui a besoin d’être plus solide que jamais ». 

 En réalité, c’est tout ce qu’incarne l’avocat qui excite. Juif, de gauche, adjoint de la maire de Paris chargé des relations internationales et membre du Comité directeur du CRIF. Depuis le début de l’affaire, il dit s’être entretenu plusieurs fois avec Roger Cukierman. Depuis qu’il est adjoint d’Anne Hidalgo, Patrick Klugman s’est mis en congé du Bureau exécutif du CRIF mais il est toujours membre de son Comité directeur et pour lui, il représente « une voix qui a toute sa place et si elle n’y était pas, il manquerait quelque chose au CRIF. Les gens, dit-il, sont attachés à ce que la communauté reste unie et diverse mais c’est un exercice difficile. Le jour où ceux qui crieront le plus fort auront raison, ce sera la fin d’un modèle. Une petite mort cérébrale entre nous ». 


"Je m’efforce d’être toujours fidèle à mon parcours"

Conscient qu’il est « né publiquement et politiquement dans la communauté », le responsable confie ne pas « avoir de problème à l’assumer. Je comprends que les gens me ciblent plus facilement qu’un élu lambda. C’est normal, cela fait partie du jeu, mais je suis élu pour servir Paris même si je m’efforce d’être toujours fidèle à mon parcours. Ce n’est pas toujours évident, mais je n’ai jamais tourné le dos à mes convictions. Les positions que je défends au Conseil de Paris ne sont pas celles de la communauté juive et heureusement puisque je suis élu, néanmoins je ne fais rien que je ne puisse assumer en conscience, y compris en conscience du militant communautaire que j’ai été ». 

 « J’ai fait l’objet d’une campagne publique, conclut Patrick Klugman. Cela n’arrive pas souvent dans une vie et cela m’a beaucoup attristé parce que cela place le niveau de débat dans la communauté juive à un niveau où il ne doit jamais tomber d’invective et de haine. Il faudrait quand même songer à l’éthique juive et malheureusement, il n’y a rien de plus éloigné à cela que ce que j’ai vu ou lu ces derniers jours. Des gens ont menti et ont inventé des faits ».

Powered by Edreams Factory