Default profile photo

16 Décembre 2017 | 28, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique Israël

Pourquoi Netantahou va finalement démanteler le mur de protection à Jérusalem

Une parcelle du mur construit à l'entrée de Jabal Mukaber (Flash 90)

Le Premier ministre a ordonné à la police de démanteler le rempart de béton qu’elle venait d’installer à Armon Hanatsiv.

Le chef du gouvernement a découvert des images du mur en cours de montage pendant la réunion de son cabinet de sécurité. Aucun de ses ministres n’était au courant. Benyamin Netanyahou a aussitôt fait savoir qu’il ne s’agissait pas d’une décision politique, mais d’une mesure opérationnelle, un « pilote » expérimenté par la police, à qui il demandait de trouver une alternative.

Le problème est qu’après les attentats du 13 octobre à Jérusalem, le cabinet de sécurité avait autorisé la police à prendre toute mesure permettant d’améliorer la sécurité des riverains, selon les critères qui lui sembleraient appropriés. C’est à cette occasion qu’avait été décidée la mise en place d’un « bouclage modulé » des quartiers arabes de Jérusalem.


Manque de coordination 

De plus, fin septembre, une réunion du Premier ministre avec les responsables des services de sécurité et le maire de Jérusalem avait autorisé la mise en place « d’obstacles » physiques pour la protection de la population. A défaut de sécurité, un peu de coordination ne nuirait pas. Les implications de l’initiative de la police sont évidentes : monter un mur de béton entre un quartier juif et un quartier arabe revient à diviser Jérusalem de fait.

Powered by Edreams Factory