Default profile photo

27 Février 2020 | 2, Adar 5780 | Mise à jour le 26/02/2020 à 17h39

Rubrique Sport

Football- Euro 2016 : Israël, du rêve à la triste réalité

La sélection israélienne a montré ses limites durant ces éliminatoires. (DR)

Humiliée à domicile par Chypre (1-2) puis logiquement battue trois jours plus tard en Belgique (3-1), l’équipe nationale a terminé au plus mal son parcours qualificatif alors qu’une place de barragiste lui tendait les bras.

En s’inclinant piteusement samedi 10 octobre au stade Teddy de Jérusalem face à Chypre (1-2), la sélection israélienne, troisième avant le coup d’envoi, avec deux points d’avance sur la Bosnie, a perdu gros. Très gros même. Ce retentissant fiasco a effectivement anéanti les espoirs de tout un pays de décrocher la troisième place, synonyme de barrages, un stade atteint une seule fois par l’Etat hébreu à l’issue des éliminatoires de l’Euro 2000.

Chypre, qui ne s’était jusque-là jamais imposé en terre sainte, a donc été le bourreau des hommes d’Eli Gutman, complètement « hors sujet » durant la partie. Une soirée cauchemardesque en somme aggravée par le succès au même moment de la Bosnie face au Pays de Galles (2-0)… 

Le sélectionneur bleu et blanc a indiqué avoir vécu « la pire défaite de sa carrière » contre la 114e nation au classement FIFA (Israël est 47e, ndlr). « J’en suis le principal responsable, a-t-il poursuivi. Nous avons failli sur le plan mental et tactique. On ne peut pas envisager une participation à un tournoi comme l’Euro après une telle déconvenue devant notre public ». A deux journées de la clôture des qualifications, l’équation était claire pour les coéquipiers du capitaine Tal Ben Haïm : gagner impérativement contre Chypre et obtenir un résultat nul en Belgique. Menés au score après la pause, les locaux égalisaient à un quart d’heure de la fin grâce à l’excellent milieu défensif Nir Biton (Celtic Glasgow) dont le magnifique but a depuis fait le tour des réseaux sociaux. Mais quelques minutes plus tard, les visiteurs chypriotes doublaient la mise. Honteux. Pathétique même.


« Nous avons failli sur le plan mental et tactique »

Cette contre-performance en rappelle une autre. Contre la Lettonie, un samedi de septembre 2009, Israël ratait le coche à Ramat-Gan (0-1) et voyait s’envoler son rêve de participer au Mondial sud-africain. Accéder aux barrages de l’Euro 2016 était un objectif atteignable et raisonnable. L’élargissement de la phase finale à vingt-quatre pays, au lieu de 16 - une mesure chère à Michel Platini, le président de l’UEFA - n’aura donc pas profité à Israël. Qui suivra donc cet été la compétition devant la télévision alors que des petites nations du ballon rond comme l’Islande, l’Albanie ou l’Irlande du Nord ont, elles, composté (directement !) leurs billets pour l’Hexagone. Comme quoi, tout était vraiment possible dans ces éliminatoires… 


Powered by Edreams Factory