Default profile photo

13 Novembre 2019 | 15, Heshvan 5780 | Mise à jour le 12/11/2019 à 15h40

Rubrique Communauté

Un office Carlebach à Paris

Shlomo Carlebach composa des milliers de mélodies pour sublimer les prières. (DR)

Célébrer chabbat dans la joie malgré la peur et la peine, c’est ce pari que se sont lancé Hava Sebbah, Mira Niculescu et Myriam Rubingher, jeunes trentenaires du centre de Paris. Sous leur impulsion, trente-cinq personnes se sont réunies vendredi 20 novembre au soir dans la synagogue de la rue du Bourg-Tibourg (Paris IVe) pour mener un office de Kabbalat Chabbat à la façon Carlebach - du nom de ce rabbin qui composa des milliers de mélodies pour sublimer les prières.
Alors que de tels offices existent de par le monde, Paris en était jusque-là resté privé. « Nous avions l’intention d’organiser notre minyan Carlebach vers Hanouka », expliquent-elles. « Mais les choses se sont précipitées : des amis ont vécu de très près les attentats… ». D’où l’idée de se retrouver dans un contexte « différent, lumineux. On a voulu s’empêcher d’être fataliste ». Pour cette première, leur initiative a trouvé la bienveillance des synagogues du quartier du Marais. « Nous avons été accueillis par la synagogue du Bourg-Tibourg, mais d’autres étaient prêtes à nous ouvrir leurs portes ».
Après l’office fréquenté par les fidèles habituels, ce minyan Carlebach a attiré une quinzaine d’hommes. « Nous avons mobilisé tous nos amis pour avoir minyan : certains ont même fait une heure de marche pour être des nôtres ». Le résultat a été à la hauteur : d’abord hésitantes, les voix ont peu à peu pris de l’ampleur, comme si les âmes se faisaient plus légères.

Renseignements : sur Facebook, Minyan Carlebach Paris Centre

Powered by Edreams Factory