Default profile photo

04 Avril 2020 | 10, Nisan 5780 | Mise à jour le 03/04/2020 à 17h15

Rubrique Judaïsme

Parachat Vayichla'h: Le combat avec l'ange

La Rabbanite et psychologue Joëlle Bernheim (J.B)

Le commentaire de Joëlle BERNHEIM, Directrice de la Maison d’Etude Juive Au Féminin

«Jacob était resté seul, un homme lutta avec lui jusqu’au lever de l’aube. Voyant qu’il ne pouvait le vaincre, il le toucha à la hanche et la hanche de Jacob se luxa , tandis qu’il luttait avec lui.Il dit : «Laisse-moi partir , l’aube est venue». Il répondit : « Je ne laisserai pas que tu m’aies béni». il lui dit alors : «Quel est ton nom ?»; Il répondit : «Jacob». Il répondit : Jacob ne sera plus ton nom , mais bien Israël , car tu as lutté avec D. et avec des hommes et tu as triomphé.» (Genèse ch.32 , v.25-29).

Un homme lutta avec Jacob . Un homme? Un ange ?

La suite du texte ne semble pas laisser subsister le doute. En effet, à l’issue du combat ,Jacob dira : « Parce que j’ai vu (un ange) de D. face à face» (id v.30).

L’homme qui lutta avec Jacob est bien une créature céleste, et la lutte de Jacob est bien un combat, un face à face avec une entité spirituelle. Que ce face à face se soit produit dans un rêve ou une vision nocturne  comme le soutient Maïmonide (Guide des Egarés, 2e partie , ch.42) , ou que la créature céleste lui soit apparu comme une créature de chair et de sang avec laquelle il aurait effectivement lutté , dans un vrai corps à corps , comme le soutient Na’manide  ainsi que la majorité des commentateurs.

Dans un cas comme dans l’autre, l’enjeu de la lutte est d’ordre spirituel et engage les forces morales.

Rachi suit le Midrach Rabba (33,10) quand il indique que l’homme avec lequel combat Jacob est le Prince céleste d’Esaü. Pour Rachi cette interprétation s’inscrit parfaitement dans la littéralité du texte. En effet Jacob ne dira-t-il pas un peu plus tard, s’adressant à son frère Esaü : « puisqu’aussi bien j’ai regardé ta face comme on regarde la face d’Elohim» (id 33, 10).

 

Légitimité

Qu’est donc cette entité  désignée par le Midrach comme «Prince céleste d’Esaü» ?

Ne’hama  Leibowitz sur le commentaire  de laquelle nous nous appuyons pour déployer cette étude (Etudes sur le livre de Berechit / en hébreu) nous renvoie à N. Kro’hmal (dans Moré Nevou’hé hazman), qui explique le prince céleste d’Esaû, comme les princes célestes , ou anges gardiens des nations , dont il est question dans la Tradition rabbinique, sont à entendre comme le génie propre attaché à chaque nation .

C’est ainsi que Jacob, à la veille de rencontrer son frère Esaü  va entamer un rude combat avec le génie d’Esaü. L’enjeu est de taille pour Jacob : s’approprier de manière pleinement légitime la bénédiction autrefois usurpée par la ruse à Esaü. Il ne laissera repartir l’ange  avant que ce dernier ne le bénisse. Dans cette lutte il démontre sa supériorité morale et spirituelle sur Esaü, et donc sa légitimité à recevoir la bénédiction initialement destinée à son aîné  Esaü, par leur père Isaac.

Rude combat  d’où il ressort vainqueur , mais blessé et claudiquant .

Mais après cette directe et longue confrontation avec l’ange d’Esaû, il est désormais prêt à rencontrer Esau : il a démontré que la  bénédiction lui revenait de droit.

«Il ne sera plus dit que tu as obtenu ces bénédictions par ruse et supplantation, mais en toute dignité et ouvertement .» (Rachi Gen. 32,29).

Powered by Edreams Factory