Default profile photo

28 Novembre 2021 | 24, Kislev 5782 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Rubrique France/Politique

Un attentat était prévu dès 2009 contre le Bataclan dont "le patron est un Juif qui finance l'armée israélienne"

Le Bataclan, à Paris (DR)

Le Canard Enchaîné révèle dans son édition du mercredi que les menaces contre la salle de spectacle parisienne, émises en 2009 et connues un an plus tard par les autorités françaises, avaient fait l'objet d'une enquête par un juge d'instruction, avant d'être classée sans suite.

L'affaire remonte à 2010 mais elle remonte cruellement à la surface un mois après les attentats sanglants à Paris et à Saint-Denis (130 morts). Selon le Canard Enchaîné, une information judiciaire a été ouverte le 13 juillet 2010 et un juge d'instruction désigné pour enquêter sur des menaces émises contre le Bataclan. L'origine de de ces investigations ramène à l'attentat du 22 février 2009 au Caire contre un groupe de lycéens français en vacances (1 mort, 24 blessés). Plusieurs suspects sont arrêtés par la police égyptienne, dont une Française, Duxe Hoxha. Considérant rapidement, suite à une note de la DGSE, que la France était visée, les autorités françaises obtiennent l’extradition de sa ressortissante qui va leur livrer des informations précieuses sur les projets terroristes de l'un des amis de la suspecte, Farouk Ben Abbes. Les policiers découvrent dans le journal intime de la jeune femme une note, en date du 28 juillet 2009, qui éveille leur attention: "Si c'est vraiment vrai que Farouk avait pour projet de faire exploser le Bataclan, à Paris, alors ils ont raison de le maintenir en prison, j'aime pas ces trucs-là...". Duxe Hoxha ajoutera que "le patron est un Juif qui finance l'armée israélienne". 


Pas de plan du Bataclan

L'information judiciaire sur le projet criminel visant le Bataclan, confiée au juge Christophe Teissier, sera menée dans le plus grand secret pendant deux ans, avant d'être classée sans suite en 2012, "faute de preuve" selon le Canard. En octobre 2014, sur les conseils du juge antiterroriste Marc Trevidic d'après l'hebdomadaire satirique, l'avocat de la famille de Cécile Vannier, la victime française de l'attentat du Caire, demande par écrit aux juges en charge de l'enquête sur celui-ci de "se faire communiquer [...] le dossier qui fut instruit par M. le juge Teissier [...] des chefs d’association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme (projet d'attentat contre le Bataclan, à Paris)". Des dossiers sur l'attentat du Caire et sur celui du Bataclan en novembre 2015, un nom identique ressort: Fabrice Clain. Le djihadiste toulousain d'origine réunionnaise, qui avait revendiqué en français les attentats le mois dernier au nom de l'Etat islamique, était un proche de Farouk ben Abbes, l'homme qui voulait viser le Bataclan, cette salle dont "le patron est un Juif qui finance l'armée israélienne" et dont les policiers du Raid n'avaient pas le plan précis le soir du 13 novembre. 

Powered by Edreams Factory