Default profile photo

16 Décembre 2017 | 28, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique France/Politique

La Maison des métallos propose un « Focus Palestine » financée par la Mairie des Paris

Capture d'écran du site de la Maison des métallos

Entre naïveté et indigestion, « La maison des métallos », financée à 75% par la Ville de Paris, organise du 8 décembre au 17 janvier un « Focus Palestine » qui fait la part belle aux positions partisanes oublieuses de la réalité israéliennes.

Il est des mots dont les sonorités ne sont guère trompeuses. Ainsi, « focus ». En se concentrant exclusivement sur le sort des palestiniens et en négligeant de facto la réalité israélienne, le « Focus Palestine » propose une vision au fondement biaisé qui fait des palestiniens des victimes éternelles. Le début d’hiver promet d’être glaçant à « La maison des métallos ».

Le programme laisse planer peu de doute. Il s’ouvre par un très parlant « L’impossible neutralité », spectacle coécrit et interprété par le comédien « Raven Ruëll ». La description est parlante : « Il dit, murmure, crie, chante, sa propre responsabilité, celle que nous pouvions éprouver du temps de l’Apartheid ou face au génocide au Rwanda […] » En d’autres termes, le conflit israélo-palestinien serait non seulement une redite de l’apartheid – position classique chez les pro-palestiniens –, mais également un fait comparable au génocide rwandais ! Ou comment galvauder des termes juridiques et minimiser des situations d’horreur.

Toujours dans ce spectacle, des photos d’enfants palestiniens tués dans les bombardements de Gaza sont projetés sur la scène. Par générosité, gageons que les photos d’enfants israéliens assassinés par le terrorisme palestinien connaissent dans ce spectacle le même traitement.

Cette « impossible neutralité » demande à être explicitée. Ou le comédien entend « impossible neutralité » par « impossible indifférence », dans ce cas, le sort des deux partis serait à mettre en avant – et soyons sûrs alors que « La maison des métallos » prépare un « Focus Israël » pour bientôt –, ou cette « impossible neutralité » pose que la seule position morale acceptable est le soutien de la cause palestinienne et le rejet de celle des Israéliens – et soyons sûrs alors que « La maison des métallos » conçoit la paix entre Israéliens et Palestiniens exclusivement comme résultant d’une victoire de la cause palestinienne. Une telle conception écarte à coup sûr la concorde. Et la paix véritable.

 

Avenir

Encore, dans le thème « quel avenir pour les Palestiniens ? », c’est « une solution commune pour les Arabes vivant en Israël, les Palestiniens des territoires occupés et les réfugiés » qui est recherchée. Recherche intéressante, mais problématique puisqu’elle présuppose que les Arabes Israéliens n’ont d’avenir qu’avec les Palestiniens et les réfugiés palestiniens.

Alors qu’ils jouissent de la citoyenneté israélienne et de ses avantages (la société israélienne est par exemple infiniment plus « gay friendly » que les territoires palestiniens), les arabes israéliens devraient préférer une communauté avec les Palestiniens ? Rien n’est moins sûr.

Le reste de ce « Focus Palestine » est à l’avenant, avec l’aide humanitaire dans les territoires palestiniens qui accentuerait « l’emprise de l’occupant ». Dialectiquement, pour diminuer cette emprise, faudrait-il donc cesser toute aide humanitaire ?

Certes, les organisateurs ne manqueront pas de réponses bien que leur programme soit, au mieux sur une crête morale délicate à maintenir, au pire dans un gouffre éthique assumé dont il faudra répondre. La Mairie de Paris sera sans doute heureuse de financer à 75% un lieu sempiternellement en déficit et qui dépense les deniers des subventions perçues avec des projets aussi productifs pour la paix.

Powered by Edreams Factory