Default profile photo

20 Octobre 2021 | 14, Heshvan 5782 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Rubrique Israël

Caricatures sur la Shoah: l'Iran persiste, dessine et signe

Des caricatures visant àtourner en dérision la Shoah. (DR)

L'accord entre les grandes puissances et l'Iran sur son programme nucléaire est entré en vigueur le 17 janvier, avec pour effet la levée des premières sanctions économiques. Ce qui n'empêchera pas Téhéran d'accueillir en juin un nouveau concours de caricatures sur la Shoah.

Le monde se congratule d'avoir ramené l'Iran dans le concert des nations et tente de se persuader que l'accord sur son programme d'armement nucléaire en a fait un partenaire fréquentable. Depuis que l'AIEA a établi que l'Iran avait rempli sa première part du contrat en désactivant une partie de ses centrifugeuses et en expédiant en Russie son uranium enrichi, la communauté internationale, à l'exception notable d'Israël et des monarchies du Golfe, nage dans la félicité et lorgne vers l'eldorado du marché iranien.

Les diplomates et chefs d'entreprise qui se presseront dans les rues de Téhéran à la fin du printemps, apprécieront peut-être son programme "culturel". La capitale iranienne hébergera en effet dans quelques mois une nouvelle édition de la Biennale internationale du dessin politique, un nom pompeux pour une manifestation sponsorisée par le régime chiite et dont l'objet principal est d'encourager la négation de la Shoah. 

Cette année, un prix de 50 000 dollars sera décerné au dessinateur qui aura le mieux tourné en dérision l'extermination de 6 millions de Juifs par les nazis. « Notre propos n'est pas d'approuver ou de nier l'Holocauste. La vraie question est de savoir pourquoi il n'est pas permis de discuter de la Shoah, alors que l'Occident défend la liberté d'expression » assure Massoud Shojai-Tabatabai l'organisateur de la manifestation. Une pirouette intéressante pour un régime qui avait condamné les "provocations" de Charlie Hebdo et qui avait d'ailleurs organisé un concours de caricatures sur la Shoah en réponse aux attentats de Paris de janvier 2015.


Ce nouvel affront iranien a suscité la colère des responsables israéliens

Ce nouvel affront iranien a suscité la colère et l'indignation des responsables israéliens. Le président de la Knesset a adressé une lettre au Secrétaire général des Nations Unis, l'enjoignant à exprimer publiquement « sa condamnation et son dégoût » de la ligne iranienne. Un appel qui risque de rester sans effet, comme les déclarations du Premier ministre israélien à l'annonce de la levée des sanctions contre l'Iran. « L'Iran n'a pas renoncé à se doter de l'arme nucléaire et va continuer à déstabiliser le Moyen-Orient et à répandre le terrorisme à travers le monde en violant ses engagements internationaux » a affirmé Binyamin Netanyahou, ajoutant qu'Israël allait continuer à suivre de près l'application de l'accord.

D'ores et déjà, l'Iran teste les réactions de ses partenaires. Les sanctions annoncées par le président des Etats-Unis à la suite du tir d'essai de missile balistique iranien veulent montrer que la confiance reste fragile. Mais l'annonce par le Secrétaire d'Etat John Kerry du déblocage de 1,7 milliard de dollars gelés dans les banques américaines depuis 1979, a certainement aidé à faire passer la pilule. 

« Tout le monde est content aujourd'hui, sauf les sionistes » a ironisé le président Hassan Rohani après l'entrée en vigueur de l'accord, précisant pourtant qu'il n'était « pas question de faire confiance aux Etats-Unis », tandis que Barack Obama avertissait que de « profondes différences » subsistaient entre les deux pays, dénonçant notamment les violations des droits de l'homme par la république islamique.

Il est hautement improbable que des caricatures négationnistes suffisent à convaincre les grandes puissances de la duplicité de l'Iran. Il n'est pas non plus certain que la traque israélienne du moindre écart de Téhéran dans ses engagements remette en cause la suite de la levée des sanctions ou permette leur rétablissement. La menace nucléaire iranienne va s'éloigner pour quelques années, mais elle ne disparaîtra pas. 

Powered by Edreams Factory