Default profile photo

04 Juillet 2020 | 12, Tammuz 5780 | Mise à jour le 03/07/2020 à 09h28

Jeûne du 17 Tamouz : 03h25 - 22h45

Rubrique France/Politique

Interdiction du BDS, l’acte II au prochain Conseil de Paris

Les Républicains proposeront leur nouveau vœu au Conseil de Paris. (DR)

Après le rejet du vœu proposé en septembre 2015 par le groupe Les Républicains, une nouvelle proposition visant à faire interdire les activités du mouvement BDS dans la capitale, devrait faire consensus la semaine prochaine et être voté par les élus parisiens.

Sur proposition de leur chef de file Nathalie Kosciusko-Morizet, les élus du groupe Les Républicains proposeront au Conseil de Paris des 15, 16 et 17 février prochains un nouveau vœu relatif à la condamnation du mouvement de boycott contre Israël. En septembre dernier, un premier vœu allant dans ce sens avait été déposé par les élus de droite avant d’être rejeté par la majorité municipale.

Celle-ci avait considéré, par la voix de Patrick Klugman, que la proposition relevait de la « manipulation politique » et que de sa propre rédaction, le texte était « d’une inutilité parfaite ». Il est vrai que le vœu stipulait que « les appels au boycott (avaient) été condamnés par (les) dirigeants nationaux et locaux, dont la maire de Paris, depuis de nombreuses années ». Pour l’élu socialiste, le texte était donc « techniquement irrecevable » sur la base de cette phrase.

Cette fois, le vœu anti-BDS a toutes les chances d’être adopté compte tenu des événements survenus à Paris depuis septembre entre la conférence sur l’eau organisée dans la mairie du XIVe, la programmation de la Maison des Métallos et les manifestations devant l’Opéra Garnier contre la Batsheva Dance Company. Et ce sont pour ces mêmes motifs, ces « éléments nouveaux », d’après Patrick Klugman, que sa majorité compte également présenter un vœu anti-BDS au prochain Conseil de Paris et qu’elle l’a présentée, dit-il, avant celui des Républicains. Quoi qu’il en soit dans la chronologie, l’adjoint d’Anne Hidalgo veut rappeler que « la position de la mairie a toujours été claire : nous avons toujours combattu le boycott d’Israël, sinon nous n’aurions pas organisé Tel-Aviv sur Seine. En septembre, le vœu nous paraissait inutile mais aujourd’hui, ces manifestations inacceptables sur le territoire parisien nous poussent à nous mobiliser. Elles appellent de notre part une réaction très ferme avec une politique municipale cohérente et lisible. Nous ne souhaitons pas les laisser prospérer ». 


Cette fois, le vœu anti-BDS a toutes les chances d’être adopté

Que ces manifestations aient pu être prévisibles et peut-être empêchées si, en septembre, le vœu avait été adopté n’est pas un sujet pour Patrick Klugman qui se concentre plutôt sur la prochaine victoire de Paris. « Nous allons tous ensemble essayer d’atterrir sur un vœu commun. C’est logiquement le vœu de l’exécutif qui sera repris, quitte à ce qu’il soit amendé en séance. Il est essentiel aux yeux de la ville et de la maire de Paris que ce vœu soit adopté et qu’il ne soit pas l’objet d’une tempête de polémiques ». 

Powered by Edreams Factory