Default profile photo

17 Octobre 2019 | 18, Tishri 5780 | Mise à jour le 10/10/2019 à 17h12

Rubrique Culture/Télé

Zvi Eckstein : « Pourquoi les Juifs se sont tournés vers le commerce »

« Les rabbins étaient certainement conscients qu’étudier la Torah était coûteux » (DR)

Les Juifs se sont-ils détournés de l’agriculture en raison des persécutions? Non, répondent Zvi Eckstein et Maristella Botticini dans un livre fascinant*. La thèse : l’obligation d’alphabétisation des enfants imposées par les rabbins a conduit les familles à se détourner de la terre, pas assez rentable, au profit du commerce où le « capital humain » des Juifs est apparu comme un avantage compétitif décisif.

Actualité Juive : « La poignée d’élus » se présente comme une remise en cause radicale des thèses devenues des idées communes sur l’histoire juive, comme celles de Cecil Roth ou Yuri Slezkine (Le siècle juif, La Découverte, 2009). Pourquoi estimez-vous erronées leurs interprétations de l’abandon des activités agricoles par les Juifs ?
Zvi Eckstein :
Je pense que la principale erreur d’historiens comme Cecil Roth est de s’être focalisé sur ce qu’ils ont observé à la fin du Moyen Age et le début de l’époque moderne. Ils n’ont pas insisté en outre sur le fait que les revenus étaient plus importants pour un marchand que pour un agriculteur. Beaucoup d’agriculteurs n’étaient pas indépendants au Moyen Age et travaillaient pour des féodaux. Les historiens n’ont jamais posé la question suivante : pourquoi les Juifs ont-ils quitté l’agriculture pour rejoindre les villes, en particulier dans l’empire mésopotamien, entre le VIIIe et le Xe siècle ?

A.J.: Comment les rabbins de l’époque talmudique ont-ils réagi à cette évolution socio-économique des Juifs dont ils ont été les initiateurs indirects ? 
Z.E. :
On ne dispose pas de documents attestant qu’ils ont supporté ce mouvement mais ils en ont tiré le constat. Lorsque les Juifs se sont tournés vers le commerce, les rabbins ont fourni de nouvelles recommandations impactant la vie quotidienne des Juifs. Jusqu’ici, la propriété était affaire de terrains ; désormais, il s’agissait de biens meubles. Les rabbins ont également dû s’adapter au fait que la famille pouvait être séparée en raison des voyages induits par le commerce international de l’époux. 

A.J.: Ce tournant stratégique a également conduit certains Juifs à se convertir face au coût de l’éducation. Cela a-t-il amené les rabbins à remettre en cause leur niveau d’exigence ?
Z.E. :
Des sanctions ont été décidées contre les familles - qualifiées de « bour » (incultes) et « Am haaretz » (ignorants) - qui n’envoyaient pas leurs enfants étudier le Talmud, enfants dont on compliquait ensuite le mariage avec des membres de  la communauté. Les rabbins étaient certainement conscients qu’étudier la Torah était coûteux et que certains Juifs s’éloignaient de ce fait du judaïsme. Mais l’importance de l’étude était si importante à leurs yeux pour réorganiser la vie juive qu’ils ont accepté que cela amène une partie du peuple à quitter le monde de la Torah.

• La poignée d’élus. Comment l’éducation a façonné l’histoire juive. 70-1492, Albin Michel, 425 p., 30 euros

Powered by Edreams Factory