Default profile photo

17 Décembre 2018 | 9, Tevet 5779 | Mise à jour le 17/12/2018 à 17h07

Rubrique France/Politique

Raphy Marciano : Réflexions sur les intellectuels juifs

Crédit DR

Le billet de la semaine par Raphy Marciano, Directeur de l’Espace Culturel et Universitaire Juif d’Europe.

Depuis les premiers écrits de Bernard-Henri Levy sur le Judaïsme, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts ! Le monde a été témoin d’une résurgence du conflit entre le judaïsme et ses adversaires. Négation de la réalité de la Shoah, mise en question de la légitimité d’Israël, résurgence d’un anti judaïsme, stigmatisation du monothéisme hébraïque. Face à ces accusations, la pensée de Bernard-Henri Lévy s’inscrit dans une contestation du discours dominant.
A une époque où la pensée politiquement correcte interprète les identités comme des prisons aliénantes. A une époque où la défense du peuple juif est présentée comme une allégeance aveugle, BHL a su rompre avec cette pseudo-philosophie à la mode.
Pour lui, on peut revendiquer une identité sans être enfermé dans des certitudes dogmatiques, et revendiquer le droit à la vie d’une communauté à l’intérieur de la nation sans rien renoncer de la liberté de penser, on peut défendre la légitimité de l’Etat d’Israël, sans tomber dans l’apologie inconditionnelle des politiques israéliennes successives.
BHL a su unir dans une même passion, la défense des droits de tous les peuples et la défense des droits du peuple juif. Il a dénoncé la tyrannie du dictateur libyen, a combattu pour les droits du peuple de Bosnie menacé de génocide, a défendu la liberté du Kosovo, mais n’a pas oublié les menaces qui pèsent sur le peuple juif.
Son humanisme est toujours allé de pair avec sa conscience du droit d’Israël à sa renaissance. Ce double combat représente une source d’encouragement pour de nombreux citoyens. Il prouve qu’on peut défendre un peuple lointain, ignoré, méconnu et qu’on peut alerter l’opinion publique sur les drames de la planète.
Certains esprit chagrins dont l’incroyable Shlomo Sand, auteur d’une très controversée « Invention du Peuple Juif » prétendent que nous vivons la décadence des intellectuels français et de cette lignée des protestations, qui commence à l’époque de l’affaire Dreyfus avec Emile Zola, Jean Jaurès et Bernard Lazare et s’achèverait avec Sartre, Foucault et Camus.
Selon cette vision pessimiste, Finkielkraut, BHL, Taguieff, Trigano, et le regretté Glucksmann ne seraient pas des intellectuels mais seulement des personnages télévisuels qui incarnent la pauvreté intellectuelle de notre temps.

La lutte pour les causes justes n’est jamais inutile.
Nous contestons résolument cette déploration et cette prétendue affliction sur la fin des intellectuels. Des voix de grande qualité  s’élèvent pour dénoncer les graves dangers que court la civilisation. C’est tout à fait à leur mérite, il est absurde de se lancer dans une comparaison attristée et nostalgique entre l’époque glorieuse de Sartre et l’époque prétendue indigente de notre début du siècle. Ces postures ne contribuent pas à nous faire comprendre les exigences de la société planétaire du XXI siècle. Glucksmann, Finkielkraut, Trigano, Taguieff, BHL, ont consacré des analyses lucides et pertinentes, à dévoiler les vrais visages dévastateurs des fanatiques.
Ce que ces auteurs ont écrit il y a 15 ans se confirment de nos jours : nous sommes en face d’un danger qui menace la civilisation. Prétendre comme le fait Shlomo Sand que l’islam radical ne fait qu’exprimer la foi des populations humiliés et misérables de la planète et que le vrai danger pour notre culture provient de l’invasion des médias américains qui formateraient notre pensée c’est être coupable de naïveté.
Nous ne sommes  pas dans la lamentation, nous ne regrettons pas les beaux temps des grands intellectuels du passé, nous proposons une toute autre vision : réfléchir au message des penseurs d’aujourd’hui avec un sens critique nous avons tout à y gagner. Certains passages prophétiques des intellectuels d’aujourd’hui sur les enjeux démocratiques de notre temps. L’histoire retiendra ces derniers et les Shlomo Sand resteront dans les poubelles de l’Histoire.
Si les médias ont rendu un vibrant hommage si impressionnant à l’œuvre d’un auteur à la fois célèbre et contesté, on peut trouver là, un signe pour l’avenir : la lutte pour les causes justes n’est jamais inutile.

Powered by Edreams Factory