Default profile photo

07 Juin 2020 | 15, Sivan 5780 | Mise à jour le 04/06/2020 à 16h26

Chabbat Béhaalotékha : 21h36 - 23h01

Rubrique France/Politique

Shimon Peres sur France Inter: « La majorité des Juifs et des Arabes veut la paix »

Shimon Peres sur France Inter (Dailymotion France Inter)

L'ancien président de l'Etat d'Israël était jeudi l'invité du 7/9 de France Inter, présenté par Patrick Cohen.

Il a le recul d’un homme né il y a près d’un siècle maintenant et l’espoir de ceux qui ont l’âge de croire en tous les possibles. Shimon Peres, 93 ans, était l’invité jeudi matin de la matinale de France Inter. « Les gens me posent la question : comment est-ce qu'on peut rester comme ça en éveil ? J'ai un conseil à vous donner : comptez combien de réussites vous avez dans la vie et comptez combien de rêves vous avez en tête. S'il y a plus de rêves que de réussites, alors vous êtes jeune. »

Interrogé par Patrick Cohen à 8h20, l’ancien président israélien (2007-2014) a fait preuve d’optimisme sur l’avenir du Moyen-Orient, convaincu de la possibilité d’une évolution pacifique du pouvoir iranien et d’un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens.

« Le monde entier a pensé qu'il fallait éviter que les Iraniens aient l'arme nucléaire. Cette fois-ci il y a eu une tentative extrêmement intéressante d'unir tous les Etats du monde ».

Selon lui, l’aspiration à la démocratie du peuple iranien pourrait conduire à un renversement du régime en place, à l’instar de ce qui est advenu lors des printemps arabes.

« Toutes les révolutions se sont terminées par une révolte contre la révolution, peut-être qu'à Téhéran aussi il y a des gens qui en ont assez des régimes des ayatollahs, qu'il y a des femmes en Iran, qui en ont assez de cette ségrégation. »

 

"Pas de limite à la créativité"

En visite en France la semaine dernière dans le cadre des actions du Centre Peres pour la paix, Shimon Peres est aujourd’hui l’une des personnalités préférées de l’opinion publique israélienne, après avoir été longtemps décrié dans les années 1980-1990 et contesté par des « membres du cabinet [qui] pensaient qu’il aurait mieux valu qu’ils soient premier ministre plutôt que moi ».

« En tant que Président je pouvais faire plus de choses qu'en tant que Premier ministre car au lieu de donner des ordres j'ai demandé aux personnes d'être volontaires et en sept années, je n'ai jamais entendu prononcer le mot « non ».

Interrogé sur la menace terroriste en France, il a estimé que la France pouvait « vaincre » l’Etat islamique.

« Je n'ai aucun doute que la France peut vaincre, que l'Europe peut vaincre car les terroristes ne sont pas un Etat, ils n'ont pas un idéal, ils n'apportent aucun idéal aux enfants aux étudiants, il n'y a pas de Dieu dans le monde qui dise à ceux qui croient : assassiner tout le monde. Qui aurait dit ça ! Un Dieu qui aurait ordonné de couper les têtes ?! Il faut absolument faire un travail d'éducation envers les jeunes pour qu'ils ne deviennent pas les victimes d'un emballement fou. »

Convaincu que "la majorité des Juifs et des Arabes veut la paix", Shimon Peres a également appelé de ses vœux la relance de négociations israélo-palestiniennes « sans les projecteurs des médias et sans organiser quotidiennement une conférence de presse ».  Ce qu’il manque aujourd’hui à ses yeux, c’est l’imagination politique, notamment sur la question de la Cisjordanie où « il devrait en fait y avoir deux Etats : une partie de l'Etat israélien et une partie de l'Etat palestinien ».

« Il n'y a pas de limite à la créativité. Celui qui a peur face à une situation nouvelle, il faut lui dire une chose : les choses changent. L'Histoire, on ne peut pas la coller au frigo. 



Powered by Edreams Factory