Default profile photo

11 Décembre 2017 | 23, Kislev 5778 | Mise à jour le 10/12/2017 à 13h04

16 décembre - Chabbat Mikets : 16h36 - 17h49

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Dominique Moïsi : « Trump, le triomphe de la colère et de la peur »

Crédit : FRANCE2

Dans son nouveau livre, « La géopolitique des séries ou le triomphe de la peur» (Stock, 198 p., 18 euros),le conseiller spécial de l’IFRI sonde, par le biais des séries, les peurs de nos sociétés face à un monde de plus en plus instable et indéchiffrable. Rencontre.

Actualité Juive : Votre précédent livre, La géopolitique des émotions (Flammarion, 2008), décrivait les Etats-Unis comme étant partagés par les sentiments de peur et d’espoir. Aujourd’hui, c’est la culture de la peur qui prédomine. Comment s’est faite cette transition ?
Dominique Moïsi :
J’ai écrit La géopolitique des émotions au début des années Obama. Ce que je décris aujourd’hui, c’est la désillusion. La crise économique et financière a été lourde. Le redémarrage de la croissance s’est accompagné d’un accroissement des inégalités qu’exprime la colère des « petits Blancs ». Il faut ajouter le racisme, incontestable : au moment où sa situation apparaissait toujours plus fragile, une partie de la population n’a pas accepté d’être dirigée par un président noir. Les bons résultats de Donald Trump témoignent à cet égard du triomphe de la colère et de la peur.

A.J.: Dans quelle mesure les séries inspirent-elles le réel ?
D. M . :
Il y a d’abord la série dans le discours. Lors de son intervention devant le Congrès américain, Benyamin Netanyahou, pour expliquer son hostilité à Daech et à l’Iran des mollahs, déclare que ces deux acteurs « mènent un jeu de trônes mortels » (« a deadly Game of Thrones »). Par ailleurs, Daech, par la mise en scène de ses exécutions et plus encore dans la présentation de la victime qui sera prochainement mise à mort, ne reprend-il pas les codes de Game of Thrones ? La façon dont la série joue sur la sidération de ses téléspectateurs fait penser au groupe terroriste. Cette mise en parallèle dans le livre m’a d’ailleurs valu des insultes sur Internet. On m’a accusé d’être, en tant que juif, un agent sioniste.

A.J.: Quelle série décrit le plus finement le Moyen-Orient ?
D.M. :
Paradoxalement, Game of Thrones davantage qu’Homeland. La situation y est tellement complexe, les acteurs si nombreux et les vainqueurs des combats si difficiles à distinguer, que l’on ne comprend plus parfois ce qui se passe. N’est-ce pas là la meilleure description du Moyen-Orient ?

A.J.: Vous notez dans le livre la volonté des scénaristes d’embrouiller l’esprit du téléspectateur par une multitude d’intrigues. L’Amérique d’Obama est-elle aussi désemparée face à la complexité de la région, in real life ?
D. M. :
L’histoire sera sans doute moins sévère à l’égard de Barack Obama que ses contemporains. Il y a néanmoins un tournant historique qu’il a raté : la ligne rouge qu’il n’a pas fait respecter, en septembre 2013, après l’usage d’armes chimiques par le régime syrien à La Ghouta. Il a ouvert la voie à Vladimir Poutine en Ukraine. Il est vrai que le président américain a fait face à des circonstances exceptionnelles. Il est arrivé au pouvoir au moment de l’effondrement de l’économie mondiale. Le printemps arabe a introduit ensuite un élément de rupture et a mal évolué. Barack Obama s’est trouvé en réalité en contradiction avec ce pour quoi il a été élu : la réduction de la présence américaine au Moyen-Orient. Il y a au fond une erreur de casting. Obama a été élu pour réformer structurellement l’Amérique afin de lui permettre de retrouver son dynamisme après les aventures militaires malheureuses de George W. Bush, au lendemain du 11 septembre 2001. Mais les choses ne se sont pas du tout passées ainsi. Contrairement à la thèse de mon ami et collègue, Joseph Nye, il y a un divorce entre le hard power et le soft power. L’Amérique n’est plus ce qu’elle était sur le terrain militaire, mais elle est toujours plus présente sur le terrain de l’imaginaire. Comme si elle récupérait sur l’un ce qu’elle perdait sur l’autre.

Powered by Edreams Factory