Default profile photo

22 Septembre 2020 | 4, Tishri 5781 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Chabbat Haazinou - Chabbat Chouva : 19h06 - 20h09

Rubrique Israël

François Hollande a-t-il convaincu Abbas de renoncer à une résolution à l’ONU ?

Paris considère en effet que l’expression de nouvelles divisions entre les membres permanents du Conseil de sécurité pourrait nuire à la tenue de la Conférence internationale sur le Proche-Orient (Flash 90, 2013)

C’est ce qu’affirme mercredi le quotidien israélien Haaretz.

Mahmoud Abbas va-t-il suivre les conseils de François Hollande ? Le président de l’Autorité palestinienne pourrait remettre en cause la présentation d’une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU, selon le journal israélien Haaretz. Un texte actuellement entre les mains de dirigeants arabes devait être soumis à l’examen des membres des quinze membres du Conseil dans les prochains jours. La résolution appelait à la condamnation des implantations israéliennes « en Cisjordanie et dans la partie orientale de Jérusalem » et à un règlement du conflit d'ici un an. Selon Haaretz, c’est le chef d’Etat français qui aurait insisté auprès de son homologue palestinien pour qu'il renonce à son idée. Paris considère en effet que l’expression de nouvelles divisions entre les membres permanents du Conseil de sécurité pourrait nuire à la tenue de la Conférence internationale sur le Proche-Orient, initiée par Laurent Fabius avant son départ du Quai d’Orsay.

Le plan, repris à son compte par le nouveau ministre français des affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, prévoit une réunion, probablement en juin, autour d’un « groupe international de soutien au processus de paix au Proche-Orient », auquel se joindraient notamment les membres du Quartet (Etats-Unis, Russie, Union européenne, ONU) et plusieurs puissances arabes. Dans un second temps, une conférence se tiendrait à Paris à l'été idéalement, mais plus probablement à l’automne, cette fois autour de Benyamin Netanyahou et Mahmoud Abbas.


"C’est une initiative qui nous sert plutôt qu’elle nous dessert"

 « L’opportunité d’aller devant le Conseil de Sécurité des Nations unies sera toujours possible et nous voulons accorder une chance à l’initiative française car, en fin de compte, c’est une initiative qui nous sert plutôt qu’elle nous dessert » a confié un responsable palestinien à Haaretz. L’ambassadeur de France à l’ONU, François Delattre, aurait indiqué à son homologue palestinien, Riyad Mansour, que la présentation du texte à l’ONU posait de sérieuses difficultés diplomatiques, toujours selon le quotidien israélien.

Vendredi 15 avril, lors d’une déclaration à la presse aux côtés de M. Abbas, François Hollande avait présenté l’initiative française comme un moyen de « rassembler la communauté internationale autour de ce processus qui doit conduire à la paix ». Un projet qui a été accueilli froidement par Jérusalem qui privilégie une négociation directe avec Ramallah. 

Powered by Edreams Factory