Default profile photo

16 Décembre 2017 | 28, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique Israël

Analyse du vote à l'Unesco avec Frédéric Encel

Crédit DR

Qui a voté pour le texte ? Les Européens ont-ils voté de manière homogène ?Des Africains soutiens d’Israël ? L'éclairage du géopolitologue Frédéric Encel.

Qui a voté pour le texte ?
Le 15 avril, à l’occasion de la 199e session du conseil exécutif, 56 des 58 Etats membres ont participé au vote du point 19 sur la « Palestine occupée », le Ghana et le Turkménistan étant notifiés absents. Trente-trois Etats ont voté pour, soit 59% des présents, assurant une majorité confortable au texte. L’ensemble des contingents culturels y est représenté. Aucun Etat arabe n’y fait défaut (Algérie, Egypte, Liban, Maroc, Oman, Qatar, Soudan). Une position d’autant plus logique que ceux-ci sont à l’origine du texte, à l’exception du Caire. Trois membres du Conseil permanent du Conseil de sécurité des Nations unies figurent également dans le camp du « oui » : la Chine, la Russie et la France. On retrouve également plusieurs représentants des puissances émergentes (Brésil, Iran, Afrique du Sud) et des Etats nucléaires (Inde, Pakistan).

Les Européens ont-ils voté de manière homogène ?
Pas du tout. « Comme toujours, l'Union européenne est divisée, et notamment sur le conflit israélo-palestinien » note pour Actualité Juive le géopolitologue Frédéric Encel. « A chaque vote, les 28 se dispersent sur les trois positions possibles ! ». Cinq des six Etats opposés à cette résolution – les Etats-Unis achevant le tableau – sont ainsi européens : l’Allemagne, l’Estonie, la Lituanie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord. Précisément les mêmes qui avaient voté contre la précédente résolution sur le sujet, votée en octobre 2015 lors de la 197e session du Conseil, la République tchèque occupant alors la place de la Lituanie. Une version préliminaire du texte avait fait sensation en stipulant que « le conseil exécutif affirme que la place Buraq est une partie intégrante de la mosquée Al Aqsa et du Dôme du Rocher ». Le texte sera finalement expurgé de ce passage sous la pression américaine, mais qualifiera néanmoins le caveau des patriarches à Hébron et le tombeau de Rachel à Bethléem de « partie intégrante de la Palestine ».
Une évolution notable dans le vote européen s’est produite en six mois. Trois pays de l’UE sont passés de l’abstention au vote favorable : l’Espagne, la Suède et la France, la Slovénie les rejoignant en avril. La Grèce et l’Italie ont préféré pour leur part s’abstenir.
« François Hollande a déjà démontré son objectivité et, en outre, son amitié vis-à-vis d'Israël. Quant à Manuel Valls, authentique érudit en matière d’affaires internationales et proche-orientales en particulier, je n'imagine pas un instant qu'il ait pu soutenir cette résolution lamentable » explique M. Encel. « Donc de deux choses l'une : soit à l'Elysée on a pris la décision sans en référer au président, soit le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault est fort mal conseillé... C'est l'hypothèse que je retiens ».

Des Africains soutiens d’Israël ?
Le vote africain à l’Unesco n’aura pas permis cette fois de renverser la vapeur, à l’instar de ce qui s’était passé le 30 décembre 2014 au Conseil de sécurité de l’Onu. « L’abstention du modeste Rwanda avait fait échouer l’Autorité palestinienne sur la reconnaissance par l’Onu de l’Etat de Palestine comme membre de plein droit » rappelle Frédéric Encel. Une position imitée par le Nigéria qui avait remis en cause son soutien juste avant le vote. L’auteur d’«Atlas géopolitique d’Israël » (Autrement, 3è éd., 2015) invoque deux raisons dans l’inclinaison pro-israélienne de plus en plus marquée des puissances africaines. « D'abord, les pressions de la Ligue arabe - avec l'effondrement géopolitique du monde arabe et, en même temps, des cours du baril de brut - sont devenues inopérantes. Ensuite, Israël offre une coopération économique et sécuritaire (et non plus seulement agricole) très intéressante pour ces Etats ». 

Powered by Edreams Factory