Default profile photo

23 Février 2020 | 28, Shevat 5780 | Mise à jour le 19/02/2020 à 18h14

Rubrique Sport

Football/Ligue des Champions

Manchester City, le gardien des Jeunesses hitlériennes et le rabbin

Le rabbin Alexander Altmann et Bert Trautmman (DR)

Ou comment le rabbin de la ville, Alexander Altmann, a permis à Bert Trautmann de devenir l’un des joueurs légendaires de l’histoire des Blues, au milieu du siècle dernier.

Joe Hart n’est pas le premier grand gardien à avoir défendu les cages de Manchester City. Le club anglais qui affronte mercredi soir le Real Madrid, dans son antre de Santiago Bernabeu, en demi-finales retour de la Ligue des champions (0-0 à l’aller) a compté dans ses rangs deux portiers mémorables au siècle dernier : Franck Swift (1933-1949) et surtout Bert Trautmann. Le nom du gardien allemand est associé chez les supporters des « Blues » à la victoire de la Cup, la coupe nationale, en 1956, au terme d’une prestation exceptionnelle de Trautmann. Mais l’histoire aurait pu très vite tourner court.

Lorsqu’il pose ses bagages outre-Manche, dans ces années post-guerre, les supporters du club réservent un accueil glaciale à leur nouvelle recrue. En cause : l’appartenance passée de Trautmann aux Jeunesses hitlériennes. Un scandale pour les nombreux supporters juifs de l’autre club de Manchester. Une manifestation rassemble 25 000 personnes dans les rues de la ville pour s’opposer à l’arrivée en 1949 du portier en provenance de Saint Helens Town, après avoir été fait prisonnier par les troupes britanniques.

Dans son livre Does Your Rabbi Know You’re Here ?: The Story of English Football’s Forgotten Tribe (Quercus Publishing) , consacré à l’intérêt et l’investissement de personnes juives dans le football anglais, Anthony Clavane narre le rôle décisif joué par le rabbin de la ville de l’époque, Rabbi Alexander Altmann. Ce maître orthodoxe, né en Autriche-Hongrie en 1908 mais exilé d’Allemagne nazie en 1938 pour s’installer à Manchester, va intervenir pour raisonner les supporters. Il publie un texte dans un journal local, le Manchester Evening Chronicle, dans lequel il défend l’innocence de Trautmman. « Si ce footballeur est un concitoyen honnête, il n’y a aucun mal en cela ».

Plusieurs décennies plus tard, en 2011, le gardien rendra hommage à Rabbi Altmann. « J’ai été accepté par les joueurs de City dès mon premier jour au club et bien qu’il y eut initialement quelques inquiétudes et protestations quand l’information est parue selon laquelle j’allais signer, je n’oublierai jamais le rabbin de Manchester calmant les foules et les exhortant de me donner une chance. » Bert Trautmann décèdera en 2013, seize ans après la disparition du rabbin qui lui permit de figurer dans la légende du football britannique.

Powered by Edreams Factory