Default profile photo

30 Novembre 2020 | 14, Kislev 5781 | Mise à jour le 04/08/2020 à 22h39

Rubrique France/Politique

Colonel Benoît Brulon : « Pourquoi le dispositif Sentinelle a évolué sur certains sites de la communauté »

Crédit DR

Après avoir recueillis plusieurs témoignages, dont il était difficile de distinguer les rumeurs des faits attestés, relatant la disparition de la présence militaire devant certains lieux de cultes ou établissements scolaires, quelques éclaircissements s'imposaient. Actualité Juive a contacté le Gouverneur militaire de Paris commandant des soldats de l'Opération Sentinelle, et chargé de la coopération militaire avec la police qui assure la sécurité dans les zones urbaines.

Actualité Juive : Est-il exact que certains lieux de cultes ou établissements juifs ne bénéficient plus d'aucune protection militaire dans le cadre de l'Opération Sentinelle ?
Colonel Benoît Brulon :
Non bien sûr, ce n'est pas le cas. Mais, le dispositif a, en effet, évolué sur certains sites de la communauté qui se situent dans des zones de forte densité de sites protégés. Pour permettre à la force Sentinelle d’être plus efficace, à la fois sur les sites, mais également sur les alentours de ceux-ci, des îlots de sécurité renforcés ont été créés, au sein desquels les unités Sentinelle alternent des patrouilles et des gardes statiques, en tenant compte de l’activité de la communauté (horaires de culte, activités des établissements scolaires…). Cette protection présente l’avantage outre d’étendre la zone patrouillée, d’être beaucoup moins prédictible.

A.J.: Depuis quand cette nouvelle organisation des gardes est-elle effective ?
C.B.R. :
La mise en place de ces îlots, après concertation avec les instances de la communauté israélite, et sur décision du préfet de police de Paris s’est faite au début du mois de mai.

« Pour être plus efficace, des îlots  de sécurité renforcés ont été créés »
A.J.: A-t-elle suscité des inquiétudes auprès des personnes protégées ?
C.B.R. :
Les premiers retours que nous avons du terrain montrent qu’après des interrogations légitimes, ce dispositif est bien accepté par la population. Il y a eu une explication de terrain, le commissaire de la zone s'est déplacé avec des soldats sur la quinzaine d'îlots de sécurité que compte Paris, et ils ont répondu aux interrogations des parents d'élèves et des rabbins. Puis ces gens, qui ont vu le nouveau dispositif se mettre en place, ont constaté qu'il ne se traduisait pas par un relâchement de la sécurité. De notre côté, nous étions déjà persuadés que c'était un système qui fonctionne. Il a déjà été expérimenté à Sarcelles, depuis le mois de février, à l'initiative du préfet du Val-d'Oise, sur une zone à forte densité de population, et tout s'est bien déroulé.

A.J.: L'Euro de football qui se tiendra à Paris du 10 juin au 10 juillet nécessitera une protection accrue de nouvelles zones comme les stades, les fanzones, et verra des milliers de supporters affluer vers la capitale. Signifiera-t-il une protection moindre des lieux auparavant protégés par l'Opération Sentinelle ?
C.B.R. :
L’Euro de football nécessitera pour la force Sentinelle des adaptations de mission, mais celles-ci ne se traduiront pas par un relâchement de la surveillance de sites de la communauté israélite qui reste une mission centrale dans nos réquisitions.

Powered by Edreams Factory