Default profile photo

06 Juin 2020 | 14, Sivan 5780 | Mise à jour le 04/06/2020 à 16h26

Chabbat Béhaalotékha : 21h36 - 23h01

Rubrique Israël

Réconciliation Israël-Turquie: quelles conséquences ?

Le bouclage de Gaza, dont la Turquie réclamait la levée, restera en place (DR).

Après six ans de crise, Jérusalem et Ankara décident de tourner la page. L’accord signé mardi dans les deux capitales entérine la normalisation des relations bilatérales.

Israël va verser une indemnisation globale de 20 millions de dollars pour dédommager les familles des activistes tués dans l’affaire de la flottille. En échange, la Turquie s’est engagée à faire voter par son parlement une loi garantissant qu’il n’y aura pas d’action judiciaire contre les soldats, officiers ou civils israéliens impliqués dans l’assaut du Marmara.

Le bouclage de Gaza, dont la Turquie réclamait la levée, restera en place. La Turquie pourra acheminer vers le territoire palestinien côtier de l’aide humanitaire sans limitation, mais qui transitera par le port d’Ashdod, sous contrôle des autorités israéliennes. Ankara s’engage aussi à prévenir l’organisation d’attentats contre Israël depuis son sol, autrement dit à limiter la liberté d’action du Hamas.


Un dossier hors du compromis 

Les deux pays rétabliront leurs ambassadeurs respectifs. La normalisation permettra aussi de relancer les relations économiques entre les deux pays et en particulier l’exportation du gaz israélien vers le marché turc et son transport vers l’Europe via la Turquie. En annonçant la conclusion de l’accord, Benyamin Netanyahou évoquait lundi des retombées « énormes » pour l’économie israélienne.

Un dossier sensible en revanche est resté hors du compromis : celui du sort des deux Israéliens portés disparus et celui des corps des deux soldats Oron Shaul et Hadar Goldin, que le Hamas refuse de restituer. Une lettre annexée à l’accord indique que le gouvernement turc tentera d’intercéder sur ce cas humanitaire.

Powered by Edreams Factory