Default profile photo

17 Décembre 2017 | 29, Kislev 5778 | Mise à jour le 14/12/2017 à 14h19

Rubrique Sport

EURO

Mickaël Madar: « Je faisais partie des 20 meilleurs joueurs français »

"On aura une surprise" (DR)

L’ex-attaquant des Bleus faisait partie du groupe d’Aimé Jacquet lors de la phase finale de l’Euro 1996 en Angleterre. Pour notre journal, il revient sur cet épisode faste de sa carrière.

Après quelques messages laissés sur son répondeur, Mickaël Madar nous rappelle d’une voix calme et posée. Aujourd’hui âgé de 48 ans, l’ancien international français (3 sélections, 1 but) est en poste sur le banc de l’AS Cannes. Plongé dans l’anonymat de l’amateurisme en DH, Madar est entièrement reconnaissant envers son club qui l’avait propulsé, joueur, vers des écuries plus prestigieuses : Monaco, la Corogne, Everton et le PSG, entre 1994 et 2001.
Un des meilleurs souvenirs dans sa vie de footballeur reste bien sa convocation chez les Bleus lors de la phase finale de l’Euro 1996 en Angleterre. « C’était pour moi la cerise sur le gâteau. Une période merveilleuse de ma carrière. Me retrouver avec le groupe pour aller à l’Euro alors que je n’y étais pas très prédestiné… C’était assez inespéré. Du bonus. J’étais sur un nuage », nous raconte avec émotion « Mickey ».


« Gros potentiel » 

Même s’il n’est jamais entré en jeu durant la compétition, l’intéressé n’y voit aucune amertume. « Cela ne m’a pas dérangé plus que ça. Quand on fait partie d’un groupe, il faut accepter la concurrence et les choix du sélectionneur. A partir du moment où je portais le maillot tricolore, j’étais déjà extrêmement fier. Je faisais partie des 20 meilleurs joueurs français de l’époque. Si je ne jouais pas, j’étais à la disposition des autres. L’ambiance était top. La star dans l’équipe, ce n’était pas encore Zidane, mais Djorkaeff », poursuit-il.
Vingt ans ont donc passé depuis l’Euro anglais. Sur le tournoi à venir, Madar croit au « gros potentiel » des Bleus malgré « leurs carences défensives ». « L’Allemagne, l’Espagne, l’Angleterre ou la Belgique ont leur carte à jouer. Mais tout reste ouvert. On aura une surprise », pronostique-t-il. Pendant la durée de l’épreuve hexagonale, Madar va quitter le soleil cannois pour rejoindre la capitale et endosser un rôle de consultant TV à l’antenne d’Infosport +. « Je vais regarder les matchs pour ensuite débriefer en studio. Cela va me permettre de me plonger comme il faut dans cet Euro. Ça me branche bien », conclut-il.

Powered by Edreams Factory