Default profile photo

24 Octobre 2017 | 4, Heshvan 5778 | Mise à jour le 23/10/2017 à 19h07

28 Octobre - Chabbat Lekh Lekha : 18h21 - 19h23

Rubrique Régions

Paray-le Monial : Aux sources juives de la foi chrétienne

Moché Lewin, conseiller spécial du Rabbin de France et Jean-Baptiste Nadler, auteur de "Les racines juives de la messe". (DR)

Autour du thème « Découvrir le judaïsme, les chrétiens à l’écoute », des paroissiens ont témoigné leur soif de connaître les richesses de la première religion monothéiste.

Pour sonder les « sources juives de la foi », chrétiens et représentants du judaïsme se sont donné rendez-vous du 12 au 17 juillet dans le cadre des rassemblements d’été de la communauté d’Emmanuel, à Paray-le Monial (Saône et Loire). L’occasion pour les jeunes disciples d’assouvir leur curiosité et d’approfondir leurs connaissances de cette autre religion monothéiste, si proche et si méconnue. « Il s’agit d’être à l’écoute et de développer la rencontre, l’amitié. Cela créé des moments de grande fraternité réciproque » se réjouit Danielle Guerrier, membre du conseil national pour les relations avec le judaïsme, à l’initiative de cette rencontre avec M. Benoît Rivière, évêque d’Autun. Pour elle, ce dialogue est aussi, plus largement, un levier pour favoriser la paix sociale entre les hommes : « Dans la situation du monde dans laquelle nous sommes, (cf. au lendemain de l’attentat de Nice), la rencontre interreligieuse est plus que capitale. Tisser ces amitiés permet de faire baisser les peurs, et ainsi de devenir le porte-parole de l’autre » justifie D. Guerrier.
Durant cinq jours, la jeune génération chrétienne s’est donc familiarisée avec différents aspects théologiques et culturels du judaïsme. La conférence inaugurale a réuni deux figures religieuses majeures pour ouvrir les festivités : le grand rabbin de France, Haïm Korsia et l’archevêque de Lyon, le cardinal Barbarin. Ainsi devant plus de 3.000 théologiens, évêques, disciples catholiques et curieux, ceux-ci ont tour à tour évoqué leur spiritualité à la lumière de l’époque. « Ils se connaissent, ce sont des amis, alors c’était deux amis à la même table ouvrant la bible et faisant une étude à deux voix. C’était une étude en dialogue, chacun dans la fidélité de sa tradition, tout en étant à l’écoute de l’autre. C’était magnifique » avoue madame Guerrier. A cette rencontre a succédé des conférences et des groupes de réflexion, des ateliers de représentation théâtrale et un concert de musique Klezmer. Sans oublier les commémorations de la rafle du Vél d'Hiv en présence de déportés et un chabat cacher initié dans les règles de l’art. Moshe Lewin, conseiller spécial du grand rabbin de France et directeur exécutif de la conférence des rabbins européens, présent également, a été ravi par la grande soif de connaissance que les participants ont manifestée. « Jusqu’au déjeuner, des jeunes sont venus me poser des questions sur nos textes !», confie-t-il ému, avant d’ajouter, philosophe : « Parce qu’au fond, il est impossible d’être un bon chrétien sans connaître le judaïsme ». Cinquante-et-un ans après l’élaboration de Nostra aetate, le respect mutuel entre les chrétiens et les juifs est au beau fixe.

Powered by Edreams Factory